Protection des ressources en eau : éviter les pollutions ponctuelles (ou accidentelles)


Plusieurs enquêtes et témoignages d'acteurs agricoles permettent d'estimer que les pollutions ponctuelles sont à l'origine de 65 à 95% des contaminations des eaux (rivières, nappes, ...). Elles sont provoquées par des erreurs ou accidents lors de la manipulation des produits. En effet, un seul gramme de substances active atteignant un cours d'eau peut provoquer une contamination visible sur plusieurs kilomètres. Il est donc essentiel de sécuriser les différentes étapes de manipulation des produits.

Avant l’application des produits
Pendant l’application des produits
Après l’application des produits




Les pollutions ponctuelles ou accidentelles sont à l’origine :

A - de 5 à 35 %

B - de 35 à 65 %

C - de 65 à 95 %

des contaminations liées à des substances phytosanitaires?

Voir la réponse

C - de 65 à 95%

De quoi parle-t-on ?

  • Les pollutions ponctuelles ou accidentelles : contaminations liées à de mauvaises manipulations des produits phytosanitaires ou des incidents (débordement lors du remplissage du pulvérisateur, mauvaise gestion des fonds de cuve lors des opérations de rinçage, mauvaise gestion des emballages…).
  • Les pollutions diffuses : pollutions des eaux liées à des transferts issus de toute la surface d’un territoire et transmis aux milieux aquatiques de façon indirecte, par ou à travers le sol et par ruissellement, sous l’influence de la force d’entraînement des eaux en excédent. Source : IRSTEA.


En Allemagne, le Ministère de l’Environnement de la Hesse et l’Université de Giessen ont conduit en 2006 des études pour évaluer la part des pollutions ponctuelles par les produits phytosanitaires sur cinq bassins versants d’une superficie allant de 7 à 1 900 km2. Les résultats ont permis de mettre en évidence que les contaminations ponctuelles étaient à l’origine de 65 à 95 % de la pollution des eaux (Frede et al., 2006). Source : TOPPS.


Les diagnostics réalisés sur le terrain en 2011 et 2012 par les experts BASF confirment l’existence de ces problématiques en France.

 


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.