BASF France Agro

Herbicides colza à base de métazachlore : recommandations pour préserver la qualité des ressources en eau

Le métazachlore est une molécule qui entre dans la composition de plusieurs herbicides incontournables du colza. Dans certaines conditions vulnérables, le métazachlore peut s’infiltrer dans les eaux souterraines. Voici quelques mesures importantes à mettre en œuvre pour limiter ce risque.

Les herbicides colza BASF à base de métazachlore

Le métazachlore est une molécule dont l’efficacité est indispensable à la plupart des situations de désherbage du colza. Il entre aussi bien dans la composition d’herbicides de pré-levée que d’herbicides de post-levée.


Comment réduire les apports de métazachlore à l'échelle d'un territoire ?


Le meilleur moyen d’éviter les transferts vers les ressources en eau, c’est d’utiliser la substance avec parcimonie. Pour cela, on peut utiliser plusieurs leviers.



En jouant sur la rotation

  • On cherchera à allonger la rotation, en respectant la règle suivante : pas plus d’un colza tous les trois ans sur une même parcelle.

  • On favorisera l’alternance de cultures d’automne et de printemps qui diminue la pression des adventices. On introduira des cultures diversifiées : tournesol, protéagineux, légumineuses…




En diversifiant les solutions herbicides

  • En matière de désherbage, la première règle à suivre est d’adapter le programme à la flore de la parcelle. C’est elle qui détermine la stratégie à suivre (incorporé en pré-semis, en post-semis/pré-levée et post-levée, etc.) et le choix des herbicides.

  • Une deuxième recommandation est d’alterner et/ou associer les substances actives (en mélanges extemporanés ou prêts à l’emploi).



Comment prévenir les risques de transfert vers les eaux souterraines ?

Certaines pratiques culturales permettent de limiter les transferts potentiels d’herbicides vers les nappes d’eau.



Protéger les zones à infiltration rapide

  • Eviter de traiter à proximité des dolines et des bétoires.

  • Protéger les talwegs par des bandes enherbées, des haies ou des fascines.




Protéger la structure des sols

  • Limiter les tassements au moment de la récolte.

  • En présence de fentes de retraits dans les sols argileux, effectuer un travail du sol.


Sol hydromorphe : ne jamais appliquer un traitement herbicide sur un sol saturé en eau.






Comment éviter les risques de pollution ponctuelle ?

Au-delà des mesures destinées à maitriser les risques de contamination diffuse, certains réflexes permettent d’éviter les risques de contamination des ressources en eau avant, pendant et après le traitement :

  • AVANT : sécuriser la préparation de la bouillie afin d’éviter les retours d’eau vers le réseau d’eau potable, les débordements et les fuites vers le réseau hydrographique.

  • PENDANT : traiter dans des conditions permettant d’éviter ou de limiter les phénomènes de dérive aérienne.

  • APRES : respecter les règles de gestion des fonds de cuve (dilution et épandage à la parcelle ou au travers de dispositifs spécifiques autorisés) et des eaux de lavage, rincer et collecter les emballages vides via Adivalor.


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Produits pour les professionnels : utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l'étiquette et les informations concernant le produit.