BASF France Agro

Pour une gestion raisonnée des modes d’action fongicides face aux souches de microorganismes pathogènes résistantes

L’évolution de la sensibilité (=résistance) de microorganismes pathogènes des cultures à certaines matières actives suscite de légitimes inquiétudes. Il n’est pourtant pas une fatalité. En effet, il est possible de préserver l’efficacité des modes d’action fongicides en respectant quelques règles simples. Arnaud Cousin, ex-phytopathologiste chez BASF, nous les rappelle.

Stratégie de lutte antifongique et gestion raisonnée des modes d'action


Qu’entend-on par résistance ?

Selon l’Organisation Européenne et Méditerranéenne pour la Protection des Plantes (OEPP), «la résistance est l’ajustement, naturel et transmissible à la descendance, de la capacité de certains individus d’une population à survivre à un traitement phytosanitaire qui permettrait normalement un contrôle efficace. Même s’il est souvent possible de démontrer une résistance au laboratoire, cela ne veut pas nécessairement dire que le contrôle de l’organisme nuisible au champ sera réduit. ‘Résistance pratique’ est le terme utilisé pour la perte d’efficacité au champ due à une modification de la sensibilité» (OEPP/EPPO, 1988).


BASF surveille l’évolution des souches pathogènes

Face à ce phénomène, BASF procède à un monitoring de grande envergure afin d’anticiper l’évolution de la sensibilité des agents pathogènes et de développer des parades. Chaque année, ses équipes réalisent des prélèvements de souches dans les grandes régions céréalières selon un protocole très précis, directement lié à la méthodologie d’analyse mise en place. Pour BASF, c’est la complémentarité des approches et des expertises qui garantit l’analyse la plus fine et, par conséquent, les recommandations les plus fiables. Par exemple, en céréales, sur la seule campagne 2015, c’est près de 1 000 échantillons prélevés et analysés par 4 laboratoires différents.


Quelle stratégie de lutte antifongique pour préserver l’efficacité des fongicides ?

La préservation de l’efficacité à long terme des molécules fongicides dont nous disposons aujourd’hui passe par une gestion raisonnée des modes d’action. Cela se traduit par le respect de quelques règles.


« Les 7 règles à suivre pour préserver l’efficacité des fongicides » - Arnaud Cousin, ex-phytopathologiste chez BASF

« Les 7 règles à suivre pour préserver l’efficacité des fongicides » Arnaud Cousin, ex-phytopathologiste chez BASF

durée: 1min21

La gestion responsable des modes d’action en 7 règles

  • 1. Limiter le nombre d’applications des molécules unisites ;


  • 2.Associer les molécules avec d’autres molécules unisites ou avec des molécules multisites ;


  • 3. Alterner des molécules aux modes d’action complémentaires ;


  • 4. Respecter les doses préconisées ;


  • 5. Appliquer les produits de manière préventive ;


  • 6.Mettre en œuvre des pratiques culturales qui permettent :
    • de limiter l’inoculum primaire : rotation, labour, date de semis, gestion des repousses de céréales dans l’interculture…
    • de limiter la progression de la maladie : densité, apport azoté…


  • 7. …et adopter l’ensemble de ces bonnes pratiques !


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Produits pour les professionnels : utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l'étiquette et les informations concernant le produit.