BASF France Agro

Le Responsable Environnement eau-air-sol


Il a en charge les enjeux environnementaux au sens large des produits de la gamme BASF.


Le responsable environnement eau-air-sol identifie les substances actives et les applications qui peuvent présenter un risque vis-à-vis des enjeux qualité de l'eau, de l'air et respect du sol. Il définit les modes d’emploi des produits qui vont permettre de sécuriser leur utilisation.

Son métier

  • Il identifie les applications des produits de BASF qui peuvent présenter un risque de pollution vis-à-vis de l’eau, de l’air et du sol.
  • Il définit les conditions d’utilisation des substances actives qui permettent de sécuriser leur application vis-à-vis de l’environnement. Il rassemble ces éléments et les présente auprès des pouvoirs publics, des distributeurs et des acteurs de la filière.
  • Il contribue à l'étude des accidents en termes de pollution locale ponctuelle ou de pollution diffuse, qui peuvent se produire et met en oeuvre les actions pour les éviter.
  • Il participe à la communication en faveur des bonnes pratiques autour des enjeux eau, air et sol, auprès des distributeurs et des agriculteurs, et à la création d’outils ou de documents pédagogiques.


Sa position hiérarchique


Le responsable environnement fait partie du pôle Agriculture Durable et Communication. Il joue un rôle d’interface essentiel avec de nombreux collaborateurs de BASF.

BASF

Découvrez l'entreprise BASF

Ses qualités

  • Ouverture d’esprit et curiosité
  • Capacité d’animation
  • Ténacité et diplomatie

Sa formation

  • Ecole d’ingénieur agricole ou ingénieur agronome.
  • formation scientifique (niveau Master) en productions végétales, protection des cultures ou agro-environnement

Espace Presse

Retrouvez les derniers communiqués de presse publiés par BASF, ainsi qu'une présentation de vos principaux interlocuteurs par thème!

Isabelle De Paepe, Responsable Environnement au siège de BASF à Ecully (69)

Isabelle De Paepe, Responsable Environnement (eau, air, sol) au siège de BASF à Ecully (69)

Un parcours original

Ingénieur agronome de l’INA Paris Grignon (aujourd’hui AgrosParistech), Isabelle De Paepe occupe le poste de responsable environnement depuis 10 ans chez BASF, après un parcours plutôt original qui l’a conduit de l’industrie sidérurgique en région parisienne, au crédit rural au Vietnam, en passant par la qualité des sols à l’Institut National de la Recherche Agronomique d’Orléans.

« Les préoccupations environnementales sont perçues non plus comme des contraintes mais comme des voies d’amélioration »

Vous travaillez sur les dossiers environnement au plan national mais aussi au plan local, qu’est-ce que vous entendez par là ?

Il arrive qu’un produit puisse être utilisé sur 95 % du territoire sans aucun souci mais que localement, sur une zone de captage d’eau potable et sur des sols plus superficiels qui retiennent moins bien l’eau, il faut être plus vigilant. Nous travaillons dans ce cas avec des interlocuteurs comme Arvalis, les chambres d’agriculture, l’Irstea (ex-Cemagref), ou encore avec l’Agence de l’eau ou le syndicat des eaux, pour déterminer les modalités particulières d’application du produit sur le site, en recommandant la mise en place de bandes enherbées par exemple. Nous nous chargeons ensuite de communiquer ces informations auprès de nos clients, les distributeurs, qui les transmettent auprès des agriculteurs. Ce travail est relayé dans les régions par les ingénieurs conseils environnement de BASF.


Comment a évolué votre métier au cours des dix dernières années ?

Nul besoin de rappeler que la préoccupation environnementale est aujourd’hui beaucoup plus forte. Le cadre réglementaire est aussi plus précis avec la directive cadre sur l’eau, la focalisation sur les zones de captage Grenelle … Nous constatons que les agriculteurs ont réalisé beaucoup d'améliorations au niveau de la mise en œuvre des produits. Cependant, il suffit de quelques écarts de conduite, par exemple en désherbant un fossé ou en négligeant son fonds de cuve, pour discréditer les efforts importants mis en oeuvre par toute une profession. Au-delà des enjeux liés à l’eau, nous travaillons aussi sur des sujets nouveaux, comme sur les émissions de gaz à effet de serre, par exemple avec le Cetiom.


Qu’est-ce qui vous plaît dans votre travail ?

Le fait de travailler avec beaucoup d’interlocuteurs en interne comme en externe, d’être impliquée dans des dossiers qui représentent des enjeux stratégiques pour l’entreprise, de constater que les préoccupations environnementales sont perçues non plus comme des contraintes mais comme des voies d’amélioration. Mon objectif est de tout mettre en oeuvre pour que la qualité de l’eau, de l’air, du sol soit irréprochable et que l’agriculteur redevienne fier de son métier.

 
 


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com.

Produits pour les professionnels : utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l'étiquette et les informations concernant le produit.