Recensement agricole 2010 - « Plus que » 70.000 exploitations viticoles

28 septembre 2011


Les premiers chiffres du recensement agricole 2010, qui s’est déroulé d’octobre 2010 à avril 2011, sont parus. La viticulture, comme bon nombre de secteurs agricoles, n’est pas épargnée par la baisse du nombre d’exploitations.


Comme le nombre de chefs d'exploitations en 2010, celui du nombre d’exploitations agricoles françaises est lui-aussi en chute libre depuis dix ans, avec 490.000 exploitations recensées en France métropolitaine en 2010 contre environ 660.000 en 2000… Soit une exploitation sur quatre (26 %) disparue en dix ans. « La diminution s’est ralentie par rapport à la décennie précédente, à raison de – 3,0 % par an, contre – 3,5 % », relativise le ministère de l’Agriculture. La tendance étant la même ailleurs en Europe : en dix ans, le nombre d’exploitations baisse de 24 % en Italie, de 29 % aux Pays-Bas, et de 36 % en Allemagne.


Une baisse de 24 % en 10 ans


Les « petites » exploitations - dont la production brute standard est inférieure à 25.000 € - et « moyennes » exploitations – dont le produit brut est compris entre 25.000 et 100.000 € - sont les plus touchées par ce phénomène, le nombre des grandes exploitations restant quant à lui stable. Cette diminution touche surtout l’élevage et la polyculture-élevage, mais également la viticulture.


Au total, le recensement agricole fait apparaître un nombre de 69.970 exploitations spécialisées en viticulture en 2010, pour une superficie de 789.000 ha, contre 77.660 en 2005 et 92.000 en 2000, soit 22.100 exploitations viticoles en moins et une baisse de 24 % en 10 ans. A noter cependant un « ralentissement » de cette diminution, puisque selon ces chiffres, 14.420 exploitations auraient disparu pendant la période 2000-2005 contre « seulement » 7.700 pendant la période 2005-2010.


Parmi ces exploitations spécialisées en viticulture, les exploitations de taille « moyenne ou grande » - dont la production brute est supérieure à 25.000 € - sont au nombre de 47.000, contre environ 55.000 dix ans plus tôt, soit une baisse de 15 % environ.




Le nombre d'exploitations "moyennes et grandes" diminue plus fortement dans les secteurs de l'élevage et de la viticulture; les exploitations de grandes cultures sont les seules à voir leur nombre augmenter (© Agreste)


Pour en savoir plus, le ministère de l'Agriculture éditera prochainement des publications régionales, des études thématiques, et des données chiffrées plus détaillées.

Source : Terre-net Média

Auteur : JC



Retour au sommaire des actualités Cultures


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com.