-  
  • Cultures légumières

Réconcilier les jeunes Français avec les légumes

BASF et Légumes de France mènent une campagne commune pour faire découvrir les bienfaits des légumes frais aux enfants des écoles. Une démarche qui prolonge le soutien engagé par notre groupe depuis de nombreuses années auprès des maraîchers.

Une consommation encore insuffisante


Les Français mangent en moyenne 140 g de légumes par jour, selon la dernière étude menée sur le sujet par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. On est donc loin des 400 à 500 g recommandés par le Programme national nutrition et santé ou du fameux « cinq fruits et légumes par jour ».

40% des enfants mangent moins d’un fruit ou légume par jour
(Interfel-FranceAgriMer, 2014).

Des partenaires santé indispensables


Riches en vitamines, fibres, oligo-éléments, minéraux et micro-nutriments antioxydants qui protègent nos cellules, les légumes sont des partenaires santé indispensables. Parmi les plus riches, le brocoli qui apporte 100 mg de calcium pour 100 g, le chou, les endives ou la mâche.


> En savoir plus sur le site d’Interfel.

Une portion de 100 g de carottes râpées couvre 200% des besoins quotidiens en bêta-carotène.


Une campagne pour promouvoir la consommation de légumes frais


Depuis plus de dix ans, Légumes de France, la fédération représentant les producteurs de légumes frais, et BASF travaillent ensemble pour accompagner les maraîchers vers une agriculture durable. En 2017, ils se sont associés pour mener une campagne destinée à réconcilier les plus jeunes avec la consommation de légumes. Pour cela, ils utilisent un outil pédagogique dénommé Kids’ Lab qu’ils mettent à la disposition des écoles. Équipés comme de véritables laborantins, les enfants deviennent des apprentis chimistes pour répondre à une question essentielle : pourquoi les fruits et légumes sont-ils colorés et bons pour la santé ?


> L’agenda des animations Kids’ Lab


BASF aux côtés des maraîchers


BASF est engagé depuis longtemps dans la réussite de la filière légumes. Son objectif est d’apporter aux producteurs des solutions pour préserver les récoltes et la qualité des aliments tout en respectant l’environnement. La protection des légumes contre les ravageurs est plus que jamais une priorité. Avec la mondialisation des échanges et le changement climatique, 41 nouveaux ravageurs sont apparus en France entre 2000 et 2005. Or, « dans les cultures non protégées, plus de la moitié de la récolte est perdue », souligne Xavier Echaniz, responsable filière fruits et légumes chez BASF.

Pour accompagner ses solutions phytosanitaires, BASF propose des Outils d’Aide à la Décision qui permettent d’apporter la juste dose au bon moment. La société investit également dans le biocontrôle (méthodes naturelles pour réguler les bioagresseurs). Elle étudie enfin toute pratique innovante pour réduire l’usage des pesticides et augmenter la compétitivité des agriculteurs. Par exemple, la gamme Ecovio® propose des films biodégradables de paillage pour contrôler les mauvaises herbes, diminuer l’utilisation d’herbicides et améliorer les rythmes de croissance de la

La filière légumes en chiffres :

  • 35 variétés de légumes
  • 200 000 hectares
  • 31 000 entreprises
  • 4,5 millions de tonnes/an

« Les maraîchers sont de vrais experts »


Cyril Pogu, maraîcher à Pont-Saint-Martin (Loire-Atlantique)


« Mon souci de préserver l’environnement, de répondre aux attentes des consommateurs, tout en maintenant ma compétitivité au quotidien. J’ai ainsi investi dans des systèmes d’irrigation de précision. L’outil permet d’arroser la nuit, lorsque l’eau est mieux utilisée par la culture. J’emploie aussi des solutions de biocontrôle : champignons antagonistes pour lutter contre les champignons ravageurs du sol, stimulateurs de défense, etc. Au final, sur mes 40 hectares, en plein champ et sous-abri froid, je produis chaque année 1 million de salades, 150 tonnes de jeunes pousses et mâches, 500 tonnes de fenouil et 300 000 bottes de radis. Plusieurs fois par an, des écoliers visitent mon exploitation. Ils sont souvent étonnés par la technicité de mon métier. »


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.