BASF France Agro

Le plan Ecophyto : objectif centré sur la baisse de l’usage des pesticides


Prévoyant initialement de réduire de 50% l’utilisation de pesticides d’ici à 2018, le plan Ecophyto a été mis à jour début 2015. L’objectif a été repoussé à 2025. Pour l’atteindre, le plan prévoit notamment de faire passer à 3 000 le nombre de fermes Dephy, le réseau pionnier de l’agroécologie. Il compte aussi expérimenter des certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP) calqués sur les certificats d’économie d’énergie.


Objectif initial : réduire de 50% l’usage des pesticides d’ici à 2018


Ecophyto

Lancé en 2008 à la suite du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto vise à réduire progressivement l’utilisation des produits phytosanitaires en France. L’objectif initial était de diviser par deux la quantité de produits utilisés d’ici à 2018, tout en continuant à assurer un niveau de production élevé tant en quantité qu’en qualité.


Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a créé un certain nombre de dispositifs, contraignants ou non. Parmi ceux-ci, on peut citer :


  • Le Certiphyto : certificat individuel permettant l’achat et l’utilisation de produits phytosanitaires. Ce document est obtenu à l’issue d’une formation à l’utilisation responsable de ces produits. Obligatoire pour les vendeurs et conseillers agricoles depuis octobre 2013, il devient obligatoire pour tous les utilisateurs au 28/11/2015.


  • Le réseau Dephy : réseau d’exploitations agricoles pionnières cherchant à réduire l’usage des produits phytosanitaires. L’objectif est de développer, mutualiser et diffuser les expériences réussies de changements de pratiques et de mise en place de systèmes de culture économes en pesticides.


  • Les bulletins de santé du végétal (BSV) : système régional d’alertes agricoles. Chaque bulletin comporte un état sanitaire des cultures ; une évaluation du risque phytosanitaire en fonction des périodes de sensibilité des cultures et des seuils de nuisibilité des ravageurs et maladies ; des messages réglementaires.


  • Le contrôle périodique des pulvérisateurs : contrôle technique des matériels utilisés pour l’application des produits phytosanitaires. Ce contrôle est obligatoire depuis janvier 2009.


Le nouveau plan Ecophyto : objectif repoussé à 2025


Constatant que les résultats n’étaient pas au rendez-vous, le ministre de l’agriculture a présenté, fin janvier 2015, les axes d’un nouveau plan Ecophyto. L’objectif est toujours de réduire de moitié l'usage des pesticides, mais cette fois à l'horizon 2025. Un palier intermédiaire de 25% de baisse est fixé pour 2020.


Pour atteindre cet objectif, le gouvernement veut s'appuyer sur le réseau de fermes Dephy. Celles-ci ayant réussi à baisser de 12% leurs traitements en 2013 (vs. +9,3% pour l’ensemble du secteur agricole), il souhaiterait faire passer le nombre de fermes du réseau de 2 000 à 3 000. Et inciter ainsi d'autres exploitations à appliquer les pratiques agroécologiques permettant d’arriver à ce résultat, telles que le recours accru au biocontrôle, la diversification des cultures, de meilleures rotations


Le nouveau plan Ecophyto prévoit aussi d'expérimenter des certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP). L’objectif actuellement proposé serait d'inciter les distributeurs de produits phytosanitaires à réduire de 20 % le nombre de doses unités (Nodu, indicateur de référence d’Ecophyto) vendues d’ici à 2020. Si le distributeur ne l'atteint pas, il se verrait appliquer une pénalité de 11 € par Nodu non économisé.


Par ailleurs, le budget alloué pour ce second plan Ecophyto a été arrêté. Il devrait passer de 40 à 70 millions d'euros, les 30 millions d'euros supplémentaires provenant de l'augmentation de l'assiette de la redevance pour pollution diffuse.


La réaction de l’UIPP
L’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) déplore, entre autres, le maintien d’un objectif de réduction quantitative. Pour elle, c’est une erreur de ne considérer l’efficacité du plan Ecophyto que sur la base d’une baisse du Nodu. Elle rappelle que l’utilisation des produits phytopharmaceutiques est fortement liée aux conditions climatiques et à de nombreux autres paramètres. La réduction des impacts environnementaux et sanitaires des produits doit, selon elle, constituer l’indicateur de suivi prioritaire.


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Produits pour les professionnels : utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l'étiquette et les informations concernant le produit.