Météo agricole : bilan hydrique mensuel de votre région


Nous vous proposons un retour sur les principaux événements climatiques en accédant au bilan hydrique mensuel de votre région. Notre carte interactive indique, pour une centaine de communes de France, le surplus ou le déficit de précipitation par rapport à la moyenne décennale, mois par mois.


Novembre 2017


La situation s’est un peu améliorée pour certains territoires en ce mois de novembre 2017. Les quantités de précipitations cumulées restent néanmoins faibles sur de nombreuses régions.

Si au nord d’une ligne Le Havre-Mulhouse, on trouve un excédent de pluie, de 30% en moyenne, sur le reste du territoire, le déficit hydrique reste installé.

Le sud-ouest est particulièrement impacté avec un déficit frôlant les 100% dans le bassin méditerranéen.

La côte atlantique a également connue moins de précipitations qu’à l’accoutumée (moyenne des 10 dernières années) avec 40mm en moins sur un mois en moyenne (30 à 60% de déficit).

Dans les terre, les valeurs constatées restent plus ou moins dans les moyennes saisonnières.


Octobre 2017

La situation est très lisible pour ce mois d’Octobre 2017 : l’ensemble du territoire est en déficit hydrique en comparaison des moyennes saisonnières.

Comme le mois dernier, la région Bourgogne-France-Comté et l’ancienne région Midi-Pyrénées sont moins touchées que le reste du territoire.

Le Sud-Est est à nouveau très touché par le manque de précipitations avec 70% à 100% de déficit ! Compte tenu du manque d’eau cumulé depuis le début de l’année, cette situation relève bien d’un épisode de sécheresse.

Le reste du territoire est sans exception en fort déficit hydrique.


Septembre 2017

Le manque de pluies est toujours significatif au Sud, particulièrement au pourtour méditéranéen et en vallée du Rhône avec des valeurs au delà de 90% de déficit.

Le reste du territoire de France Métropolitaine a connu plus de précipitations qu’habituellement en cette période. Modérément au Sud de la Loire, de façon plus marqué au Nord avec des valeurs dépassant souvent les 70% de surplus en eau.

Ce n’est qu’en Bourgogne-France-Comté et ex Midi-Pyrénées que l’on retrouve des valeurs de saison.


Août 2017

En ce mois d’Août 2017, c’est le sud de la France qui a été particulièrement touché. Des Pyrénées-Orientales au Var en passant par les Cévennes et l’Ardèche, la quasi-totalité des communes est en fort déficit hydrique, avec des niveaux de précipitations extrêmement faibles : 95% à Montpellier, 97% à Nîmes, 94% à Nice par exemple. En Corse on atteint même 100% de déficit à Calvi.


Ailleurs, en dehors de quelques communes également en déficit assez marqué (67% à La Rochelle, 63% à Niort, 60% à Lorient), on retrouve des valeurs conformes aux valeurs saisonnières (moins de 50% de surplus ou de déficit). Seules les communes d’Angoulême (+68%) et du Touquet (+60%) ont vu plus de pluie qu’ordinairement à cette époque.


Juillet 2017

Le déficit en eau est relativement marqué en ce mois de juillet pour un certain nombre de régions. Le Sud-Est notamment a été très affecté par le manque de précipitations avec des valeurs oscillants entre 60% et 100% de déficit hydrique, de Perpignan à Nice en passant par Orange. Ailleurs, le déficit en eau dépasse rarement les 50%, à l’exception de Caen (-73%), Clermont-Ferrand (-68%), Lyon (-71%) et dans une moindre mesure Rouen (-58%), Abbeville (-55%) ou encore La Rochelle (-56%).

Quelques communes ont connu des épisodes plus pluvieux. C’est le cas de Paris (+66%), Metz (+55%), Cherbourg (+54%) mais aussi des communes des Landes et Pyrénées-Atlantiques.

Pour les autres régions, les valeurs constatées sont relativement proches des moyennes saisonnières (moins de 50% de surplus ou déficit hydrique).


Juin 2017

La situation est assez contrastée en ce mois de Juin 2017. On trouve un certain nombre de communes en déficit hydrique, certaines en très fort déficit, essentiellement au Nord et Sud-Est. On constate ainsi des valeurs au dessus de 75% de déficit au Nord à Calais (77%) et Dunkerque (79%), et au Sud sur la quasi totalité du territoire Corse ainsi qu’à Nice et Hyères (90% et 97% !).

La Bretagne (jusqu’au département de l’Orne à l’Est), le Sud de la Nouvelle Aquitaine, le Sud-Ouest de l’Occitanie, le Bassin-Parisien et la vallée du Rhône sont également en déficit plus ou moins marqué (jusqu’à 70%).

Ailleurs, on retrouve des valeurs proches des moyennes de saison à l’exception de certains régions en surplus hydrique (autour de 50% à Bordeaux, Vichy et Rodez).


Mai 2017

Les précipitations sont revenues en ce mois de mai 2017, ce qui permet de retrouver un surplus en eau pour une majorité de communes. C’est notamment en Bretagne que l’on a vu les plus fortes précipitations avec 40 à 60% de surplus hydrique. Ailleurs, à l’exception de la pointe du Cotentin, le surplus en eau ne dépasse pas les 51%.

Certaines communes sont malgré tout toujours en déficit hydrique ; c’est le cas notamment au Nord à Lille (-42%), Charleville-Mézières (-44%) et eu Nord-Est à Saint-Dizier, Metz, Nancy (-30% à -45%).

C’est au Sud que le manque en eau est particulièrement marqué avec -60% à Perpignan et -72% à Hyères. En Corse, la sècheresse s’affirme : il a plu entre 2 et 8mm sur l’ensemble du mois de mai…



Avril 2017

Le mois d’Avril 2017 a été particulièrement sec. Il a manqué d’eau quasiment partout, à l’exception de quelques communes des Bouches-du-Rhône, avec des valeurs dans les moyennes saisonnières.

Difficile de dégager des tendances par territoire compte tenu de l’ampleur du déficit hydrique en France métropolitaine.

Le Sud-Ouest est tout de même un peu moins touché, tout comme les communes de l’ancienne région Auvergne, avec tout juste moins de 50% de déficit.

Quasiment partout ailleurs, on dépasse allègrement les 50% de déficit avec des pointes à plus de 85% à Saint-Quentin, Quimper, Bois, Châteaudun, Chartres, Lorient.


Mars 2017

Pour le mois de Mars 2017, on retrouve un surplus de précipitations sur une grande partie du territoire par rapport aux moyennes saisonnières. Ce surplus, plus ou moins marqué selon les régions, affiche +30% à +50% en moyenne.

Quelques exceptions au Nord (-57% à Dunkerque, -30% à Calais et Boulogne) et à l’Ouest dans les terres (-30% à Rennes et Laval), où l’on constate un déficit en eau, qui se confirmera au mois d’Avril. On retrouve ces valeurs moyennes également pour quelques zones localisées (Cognac, Saint-Geoirs).

Les records sont ce mois-ci pour Sari-Solenzara en Corse (-100mm / 80%) et Clermont-Ferrand (+38mm / 62%).


Février 2017

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas vu un mois avec des valeurs conformes aux moyennes de saison : c’est le cas pour ce moi de Février.

Si localement, on peut trouver un déficit hydrique plus ou moins important (-53% à et Calais, -57% à Saint-Quentin et Lyon, -60% en moyenne pour les départements des Bouches-du-Rhône et du Var) les valeurs restent en dessous de 50% de déficit ou de surplus de précipitations.

La moyenne sur Janvier/Février retrouve également les moyennes saisonnières (avec quelques exceptions au Sud).


Janvier 2017

Nous retrouvons pour ce mois de janvier 2017 la même tendance que pour le mois de décembre dernier : un fort déficit hydrique sur une grande partie du territoire.

Contrairement à la même période l’année dernière (où l’on constatait un surplus en eau généralisé), seules quelques communes ont vu plus de précipitations que les moyennes constatées sur 10 ans. C’est le cas à l’Ouest du bassin méditerranéen, de Perpignan à Montpellier (+30% à +65%) puis en remontant vers les Cévennes et le Massif Central (+33% à Mende, +41% au Puy-en-Velay). C’est le cas également pour toute la côte Est de la Corse.

Le manque en eau est particulièrement marqué à l’Ouest du territoire avec plus de 70% de déficit de Brest à Dax.

La région Hauts-de-France reste globalement conforme aux moyennes saisonnières dans les département de l’Aisne, le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme (30% de déficit au plus). Seul le département de l’Oise est en déficit de près de 50%.

C’est la valeur moyenne que l’on trouve également pour les régions Centre-Val-de-Loire, Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté.


Décembre 2016

La carte parle d’elle même pour ce mois de Décembre 2016 : l’ensemble du territoire de France métropolitaine est en déficit hydrique. On peut même parler de sécheresse hivernale tant le manque en eau est important dans la plupart des régions.

On constate ainsi 70% de déficit de précipitations en moyenne, avec des pics proche de 100%, notamment à Bourg-en-Bresse (-98%), Mulhouse et Tarbes(-97%) ou encore Nantes (-95%).

Seules quelques communes au Sud ont connues un mois de décembre un peu plus pluvieux (-10% à Clermont-Ferrand, -12% à Mende, -6% à Montpellier).


Novembre 2016

Le volume de précipitations a été globalement dans les moyennes de saison en ce mois de Novembre 2016. Le surplus ou déficit hydrique dépasse rarement les 30% sur une grande partie du territoire.

Une commune des Hauts-de-France fait exception : Calais avec un surplus en eau de plus de 50%, ce qui reste raisonnable par rapport à ce que l’on a pu connaître cette année.

Au Sud, Montpellier et Mende dépassent également légèrement les 50%, (cette fois en déficit) mais c’est à Perpignan que l’on constate un manque d’eau plus sérieux avec 60mm (-74%) de précipitations en moins en comparaison du même mois sur les 12 dernières années.

Depuis le début de l’année, la quasi totalité de la France métropolitaine est en surplus hydrique.



Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com.

Produits pour les professionnels : utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l'étiquette et les informations concernant le produit.