Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

« Peu de maladies en Val de Loire, une pression très élevée du mildiou en Charentes »

5 nov. 2020

Les vendanges dans le Centre-Ouest de la France se sont terminées avec des rendements et des niveaux de qualité tout à fait corrects. Mais si l’année a été assez calme d’un point vue maladies dans le Val de Loire, en Charentes, les viticulteurs ont dû faire face à une très forte pression mildiou. Analyse de Christian Jacob.

Comment s’est déroulée l’année 2020 pour la vigne dans votre région ?

La vigne a débourré de façon très précoce, avec trois semaines d’avance sur la moyenne des dernières années, et l’année a été globalement chaude et très sèche.

Dans le Val de Loire, les œufs de mildiou étaient mûrs à la mi-avril, mais les conditions météo n’ont pas permis de grosses contaminations. Nous avons eu un début d’alerte mildiou mais qui est resté faible, et n’a pas duré dans le temps. La seule alerte maladie sérieuse que nous ayons connue cette année, concerne l’oïdium en milieu de saison sur certains cépages comme le chardonnay.

En Charentes, les conditions ont été complètement différentes. Les œufs de mildiou étaient aussi mûrs très tôt, dès le 10 – 15 avril mais les conditions météo, étaient aussi très favorables au développement du champignon, avec des températures suffisantes et de fortes pluies. Le cépage ugni blanc, largement majoritaire en Cognac, est très sensible au mildiou. La pression a été très forte dès le début et l’est restée jusqu’au 15 mai, pour s’atténuer ensuite. L’oïdium ne s’est pas manifesté. On a par contre retrouvé aussi un peu de black-rot dans les zones où il est habituellement présent.

La pression tordeuses de la grappe a été faible dans le Val de Loire, comme depuis deux ou trois ans. Le recours depuis plusieurs années, à la confusion sexuelle, avec les Rak notamment, a sans doute contribué à une diminution des niveaux de population. En Charentes, quelques zones sont toujours concernées par Eudémis , mais leur présence est en général bien contrôlée.

Quelles conséquences sur les programmes de protection ?

En Val de Loire, comme le risque mildiou est resté faible, les viticulteurs ont arrêté assez tôt leurs programmes de protection, et avec eux, la protection contre l’oïdium . Ce qui explique l’apparition de ce champignon sur certains cépages.

En Charentes, la vigne devait être très bien protégée dès le début en préventif, avec des produits haut-de-gamme de type Futura® , Enervin® ou Polyram® DF . Il ne fallait vraiment pas rater cette phase de protection. Dans les zones concernées par le black-rot , les viticulteurs ont mis en place des itinéraires spécifiques cette année. L’emploi de l’anti-mildiou Polyram® DF à 2 kg/ha donne de très bons résultats contre la maladie.

Comment se sont déroulées les vendanges ?

Dans le Val de Loire, l’oïdium a eu peu d’impact sur le rendement qui dans l’ensemble a été bon cette année. La qualité est aussi satisfaisante. Seul bémol, le rendement en jus est plus faible que d’habitude sans doute à cause de la sécheresse. En Charentes, les vendanges ont été dans l’ensemble bonnes à très bonnes. Le quota en Cognac de 12,8 hl/ha d’alcool pur, n’est pas loin d’être atteint en moyenne, mais avec des écarts importants selon les secteurs.

Quels enseignements tirer de 2020 pour préparer 2021 ?

Il va falloir être vigilant en 2021, en Val de Loire, dans les secteurs où l’oïdium était présent cette année, et sécuriser la vigne dès le début de la saison, avec des produits très efficaces comme Vivando® , puis un peu plus tard, Yaris® . En Charentes, si l’hiver est doux et humide, il faudra aussi faire très attention au mildiou et au black-rot . Si les premières contaminations sont bien maîtrisées, le reste de la protection est toujours plus facile à gérer.

 BASF France Agro

BASF France Agro

  • 04 72 32 45 45 ((Service et appel gratuits))
  • 21 chemin de la Sauvegarde
  • 69130 Ecully
Top