Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

« Une très petite vendange, mais la qualité est au rendez-vous »

Après le gel de début avril, l’année 2021 se termine sans surprise sur une forte baisse des rendements, mais un très bon niveau de qualité. Heureusement dans l’ensemble, les maladies sont restées relativement discrètes. Seuls les vers de grappe se sont réellement manifestés et Cryptoblabes en colonisant de nouveaux territoires, commence à inquiéter les viticulteurs. Retour sur une année compliquée dans le Sud-Est avec Gilles Le Fur.

Comment s’est déroulée l’année 2021 pour la vigne dans votre région ?

L’année a vraiment été atypique et compliquée pour les viticulteurs. Le débourrement a été précoce et on s’attendait à ce que tout se passe bien. Mais la croissance des bourgeons et des jeunes feuilles s’est brutalement arrêtée avec le gel du 8 avril qui a sévi durement et très largement sur l’ensemble du pourtour méditerranéen et de la Vallée du Rhône. La baisse des températures a été plus ou moins forte, mais peu de viticulteurs ont été épargnés. Dans les vignes jeunes, les contre-bourgeons ont bien redémarré, mais plus difficilement dans les plus vieilles. Dans certaines parcelles, la vigne n’a pas repris du tout. Après une période de sec, nous avons eu au printemps des précipitations qui ont provoqué des problèmes de coulures assez forts sur cépages sensibles comme les Grenache. La pluie s’est arrêtée vers le 20-25 mai et il a fait ensuite très sec pendant tout l’été.

Quelle a été l’incidence de ces conditions climatiques si particulières sur les maladies et les ravageurs ?

La pression maladie est restée faible et les vignes, très saines. L’oïdium est arrivé très tard et a été globalement bien maîtrisé. Le black-rot a été un peu plus présent que d’habitude dans les secteurs historiques pour le champignon, même s’il est arrivé tardivement. Des parcelles de chardonnay et grenache ont aussi été concernées en fin de saison par le botrytis , mais très ponctuellement.

On a par contre assisté à une montée en puissance de la pression vers de grappe , Eudémis principalement dans la région. Les 2ème et 3ème génération de tordeuses de la grappe ont provoqué des dégâts locaux significatifs qui ont poussé les viticulteurs à accélérer localement le démarrage des vendanges.

La pyrale de la vigne Cryptoblabes gnidiella gagne également de nouveaux territoires. Ce qui est problématique pour les viticulteurs sous confusion sexuelle spécifique eudémis.

Comment se sont déroulées les vendanges ?

A l’approche des vendanges, le niveau de stress hydrique de la vigne était très fort avec de petites baies et un feuillage stressé. Un épisode Cévenol avec de violentes pluies, s’est abattu sur le Sud-Est mi-septembre, avec jusque 400 mm d’eau dans le Gard où 5 à 10 % des surfaces ont été inondées et très abîmées, et certaines, non récoltées. Ailleurs, les vendanges se sont déroulées avec 10 jours de retard par rapport à ces dernières années dans les blancs, 15 jours dans les rouges. Elles sont à la mi-octobre, complètement terminées.

Que donnent le rendement et la qualité ?

Dans les vignes qui sont restées saines et avec le retour des pluies, le raisin a donné des jus avec un très bon potentiel qualitatif en termes de couleur, acidité et potentiel aromatique. Nous n’avons pas eu de grosse canicule cette année, ce qui préserve la qualité. Par contre, en termes de volumes, entre le gel, la coulure et la pression vers de grappes, les vendanges sont entre – 30 et – 50 % inférieures à la normale en moyenne, avec des parcelles qui n’ont pas du tout été récoltées.

Quels enseignements tirer de 2021 en termes de programme de protection ?

Les viticulteurs ont globalement moins traité que d’habitude, autour de quatre à cinq traitements, beaucoup moins que dans d’autres régions. Ils ont assuré une protection jusqu’à la nouaison et comme il faisait très sec, ont ensuite eu tendance à lever le pied. Il y a cependant une période où il fallait rester très vigilant, entre le début de la floraison et la nouaison, où la vigne est plus sensible aux maladies.

Les années se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Il ne faudra donc pas relâcher la vigilance en 2022.

 Information produits BASF

Information produits BASF

Top