Agricultural Solutions
header arboriculture basf
Site pour les professionnels de l'agriculture

Contact

La mouche de l’olive

La mouche de l’olive, Bactrocera (Dacus) oleae, est le principal ravageur de l’olivier. Cet insecte peut causer des dégâts très importants, jusqu’à 100% d’olives dépréciées et inutilisables.

Description

La mouche de l’olive fait partie de l’ordre des Diptères, de la famille des Tephritidae. Dans cette famille, on retrouve d’autres ravageurs des arbres fruitiers : la mouche de la cerise, la mouche méditérranéenne des fruits, la mouche du brou du noyer.


Adulte

La mouche de l’olive adulte mesure 4 à 5 mm de long. La tête est orangée avec des yeux à facettes bleu-vert. Le thorax est noir avec des bandes grisâtres sur le dos, et se termine par un triangle blanc-crème. Les pattes sont orangées. L’abdomen est également orange avec des tâches noires. Les ailes sont transparentes, avec un point noir à leur extrémité́, caractéristique de l’espèce. Le mâle et la femelle ont la même taille. La femelle possède seulement un abdomen un peu plus large et un ovipositeur de ponte à l’extrémité́ de celui-ci.


Larve

L’asticot de la mouche de l’olive mesure, à la fin de son développement, jusqu’à 7 mm de long. Il est de couleur blanche.


Pupe

De couleur crème à brun doré, la pupe (ou nymphe) mesure entre 3 et 4 mm de long sur 2 mm de large.

Biologie

  • Pontes :
    La femme pond un œuf par fruit et a une fécondité́ moyenne de 300 à 400 œufs. Après l’accouplement, la femelle va déposer un œuf sous l’épiderme de l’olive.

  • Larves :
    Quelques jours après la ponte, un asticot éclot et commence à se nourrir de la pulpe de l’olive. En grossissant, cette larve crée des galeries de plus en plus importantes.

  • Pupaison :
    A la fin de son développement, le ver se transforme en pupe dans l’olive (nymphose). Après une dizaine de jours, un nouvel adulte émerge de la pupe.

  • Pupaison à l’automne :
    Quand la larve termine son développe- ment et que l’olive devient très mûre, la larve tombe au sol et se pupifie. Cette pupe est assez tolérante au froid (T° minimale létale autour de 0°C) et aux produits de traitements.

Cycle de vie

Une génération dure entre 25 et 30 jours en été́, depuis la ponte de l’œuf jusqu’à la maturité́ sexuelle des femelles adultes. Cette durée de développement augmente en automne. La mouche de l’olive se développe de manière optimale entre 20 et 30°C. En France, on a de 3 à 5 générations par an entre le début de l’été et le mois d’octobre.

Dégâts

Dégâts quantitatifs

Le développement de la larve à l’intérieur de l’olive affecte directement l’alimentation du fruit, sa maturation et sa force d’attachement au pédoncule. Cette situation provoque une chute accélérée de l’olive atteinte.

Dégâts qualitatifs

En mettant la pulpe du fruit au contact de l’air (lors de la sortie de l’adulte) et des déjections de la larve, les attaques de mouche conduisent à une altération de la qualité de l’huile (augmentation des taux d’acidité et de l’indice de peroxyde).

Solutions de lutte contre la mouche de l'olive

  • Piégeage :
    Il est indispensable pour détecter l’apparition des adultes dans le verger et permettre un positionnement optimal des traitements.
  • Production raisonnée d’olives de table :
    Des traitements préventifs adulticides sont nécessaires dès l’apparition des premières mouches, et à chaque début de vol. Si des dégâts apparaissent et sont supérieurs au seuil, la lutte curative intervient au milieu du vol.
  • Production raisonnée d’olive à huile :
    Consiste à limiter les traitements au strict nécessaire et donc à optimiser au maximum les dates d’application. La technique de lutte repose sur l’alternance des produits et des types de protection (préventif/curatif).
  • Production biologique :
    Elle consiste à appliquer un produit préventif biologique dès l’apparition des premières mouches et en septembre et octobre. La constitution d’une barrière par une application d’argile tous les mois ou dès lessivage est également possible et fortement recommandé sur les variétés et les zones très sensibles. Ces techniques peuvent se coupler avec du piégeage massif dans ou en bordure des oliveraies.

Les autres ravageurs des arbres fruitiers

Top