Agricultural Solutions
header arboriculture basf
Site pour les professionnels de l'agriculture

Contact

La mouche du brou du noyer

La mouche du brou du noyer, Rhagoletis completa, est un ravageur particulièrement nuisible qui peut réduire à néant la production de l’année.

Description

Adulte

Facilement identifiables, les mouches de brou du noyer adultes portent un point jaune caractéristique du genre Rhagoletis en bas du thorax. Leurs ailes transparentes sont marquées par trois traits noirs épais, dont le dernier est prolongé en forme de « L ». Ses yeux sont bleus verts. Elles mesurent 4 à 8 mm.

Biologie et cycle de vie

Apparition des adultes

Les adultes émergent du sol de début juillet à fin août, avec un pic d’émergence situé fin juillet/début août. Leur durée de vie peut aller jusqu’à 40 jours en conditions naturelles. L’accouplement a lieu 6 à 8 jours après émergence de l’insecte.


Pontes

Les femelles commencent à pondre 1 à 2 semaines après l’accouplement. Chaque femelle pond au total 300 à 400 œufs, par groupe d’environ 15 œufs par brou. Il n’y a généralement qu’une poche d’œufs par fruit, car la femelle marque l’extérieur du brou avec une phéromone. Chaque femelle peut parasiter jusqu’à une vingtaine de fruits.


Larve

Les œufs pondus éclosent en 4 à 7 jours en fonction des conditions climatiques. Les jeunes larves de la mouche du brou du noyer commencent à s'alimenter du brou de la noix. Elles sont souvent groupées à l’intérieur du brou, qui, par la suite noircit et se décompose. C’est à ce moment là que le ravageur cause le plus de dégâts.


Nymphose

Après 3 à 5 semaines, les larves ont atteint leur maturité́. Elles se laissent tomber au sol, ou tombent avec le fruit, s’enterrent de quelques centimètres et se transforment en pupes. La nymphose a lieu dans le sol sous la plante hôte : c'est le stade de conservation habituel. L’été́ suivant, la majorité́ des adultes émergent du sol et répètent ce cycle. Une partie des pupes passent une ou deux saisons en diapause.

Dégâts

La mouche du brou du noyer n’entraîne pas de nuisance à l’arbre mais peut fortement toucher la production de l’année. En verger non ou mal protégé́, on a pu observer jusqu’à 80 % de dégâts en l’absence de traitement. Lorsqu’elle est présente (premiers dégâts visibles), sa population s’intensifie rapidement et provoque des dégâts très importants sur deux à trois ans.

  • Attaque précoce (mi-août) : la noix piquée chutera avant la récolte.
  • Attaque tardive : le brou détérioré́ laisse des marques noires sur la coque de la noix. La noix colorée est dépréciée et ne sera pas vendue en coque. Le cerneau issu des noix ne pourra être vendu en qualité́ extra. Il sera déprécié́ au moins en partie.

Solutions de lutte contre la mouche du brou du noyer

  • Piégeage :
    Celui-ci est indispensable pour détecter l’émergence des adultes dans le verger. L’adulte est capturé en vol par un piège qui se présente sous la forme d’une plaque souple de couleur jaune pour attirer l’insecte et le capturer. L’ajout d’un attractif alimentaire de type carbonate d’ammonium : augmente le nombre de prises.

  • Protection insecticide :
    La lutte contre la mouche du brou du noyer avec des produits phytosanitaires est efficace et doit être raisonnée grâce au suivi de maturité des femelles. En disséquant les femelles, il est possible d’identifier la présence d’œufs et ainsi de déterminer la date de ponte. Cela permet de bien positionner le premier traitement. À partir de la première apparition d’œufs découverts dans la femelle, il reste une semaine pour traiter avant les premières pontes. Ces informations sont relayées par les bulletins techniques locaux pour un bon positionnement des traitements.

Les autres ravageurs des arbres fruitiers

Top