Agricultural Solutions
Header parlons vrai, parlons vigne
Site pour les professionnels de l'agriculture

Qu’attendent les viticulteurs de la lutte contre le mildiou, dans un contexte d’agroécologie ? 

Obtenir une vendange de qualité en quantité et répondre aux demandes sociétales en adoptant des pratiques agroécologiques : trois vignerons nous confient leurs attentes face au mildiou. 

En vidéo. Au coeur des attentes des viticulteurs : quelles priorités pour ces trois vignerons dans la lutte contre le mildiou, en agroécologie ?

En vidéo. Comment ces trois vignerons répondent aux attentes des consommateurs ? Grâce à quelle démarche ?

En Alsace - Préserver la récolte et créer un équilibre favorable à la vigne

En Alsace, en 2021, le mildiou a atteint une intensité jamais connue de mémoire de vigneron. Daniel Klack est installé depuis 1997 à Riquewihr sur 7,5 ha : « la priorité, pour moi, c’est de préserver la récolte ». Sa méthode ? Essayer de créer un équilibre favorable à la vigne, avec des apports d’engrais limités, des travaux en vert soignés tout au long de la saison pour aérer le feuillage… avant de traiter, le moins possible et en intégrant des produits de biocontrôle. « On essaie aussi de ramener de la biodiversité du vignoble, on ne se repose pas sur ce qu’on a fait depuis toujours, on innove toutes les années », souligne le vigneron engagé en HVE depuis 2019.

En Côtes-du-Rhône -  Bonne rémanence et efficacité des produits contre le mildiou

Grégory Brunel est, quant à lui, vigneron coopérateur à Chusclan dans le Gard. Son domaine de 150 ha est certifié HVE. Ce qu’il attend en matière de protection contre le mildiou ? Une bonne rémanence pour éviter de multiples interventions et une bonne efficacité sur la maladie. Lui aussi se dirige vers l’agroécologie. Il a par exemple installé des nichoirs à mésanges et à chauve-souris pour favoriser la prédation naturelle des insectes. Avec le mistral et le palissage des vignes qui se généralise, l’aération des grappes diminue la pression des maladies.

A Gaillac - Être accompagné dans l'utilisation des produits de biocontrôle et être attentif à la qualité de la pulvérisation

Dans la région de Gaillac, 2021 a été une année difficile, avec un été très pluvieux. Chez Louis de Faramond, le mildiou a pu être contenu grâce à l’utilisation de deux nouveaux pulvérisateurs face par face ayant amélioré la qualité de pulvérisation. Son attente prioritaire ? Utiliser encore davantage de biocontrôles et être accompagné dans l’utilisation de ces produits. Le jeune vigneron est engagé dans le label HVE et a lancé de sa propre initiative une démarche d’analyse des sols et de l’ensemble de ses cuvées, à la recherche de résidus. Sans en trouver. « C’est clairement une volonté d’entreprise de proposer un produit sain, en réduisant drastiquement notre impact environnemental. »

Consulter les autres contenus Parlons Vrai Parlons Vigne

Dossier : des itinéraires de protection mildiou innovants

Dossier : des itinéraires de protection mildiou innovants

- Au Coeur des attentes des viticulteurs,
- Prévenir & protéger​​,
- Efficacité et baisse d’IFT​​,
- Vendange marchande de qualité.

Des informations utiles, pratiques et indispensables

Des informations utiles, pratiques et indispensables

- Des EPI de rentrée​,
- Point sur DSR (Distance de Sécurité Riverains)​​
- Rangement du local phytos​​
- Préparation de la bouillie de pulvérisation​​

Passionnés de la vigne et du vin

Passionnés de la vigne et du vin

- Témoignages​
- Portraits​
- Outils à télécharger

Parlons Vrai, Parlons Vigne : le magazine

Parlons Vrai, Parlons Vigne : le magazine

L’équipe vigne BASF est heureuse de vous offrir l'édition 2022 du magazine « Parlons Vrai, Parlons vigne ». Avec celui-ci, nous nous engageons aux côtés des acteurs de la filière vigne et vin, pour valoriser les métiers de toute la filière mais aussi pour vous apporter de l’information sur des sujets de votre quotidien.

Top