Agricultural Solutions
header parlons vrai, arlons vigne
Site pour les professionnels de l'agriculture

La rentabilité des traitements anti-botrytis

Une attaque de botrytis se traduit par une perte de volume et des surcoûts de rattrapage à la vendange et à la vinification. Au final, la baisse de revenu est largement supérieure au coût d’un traitement anti-botrytis. La preuve par les chiffres.

Nuisibilité du botrytis : de graves conséquences quantitatives et qualitatives


Les conséquences des attaques de botrytis sont multiples, tant en termes de rendement que de qualité des vins.


Pertes de rendement

Les pertes en jus sont proportionnelles au taux d’attaque par la pourriture grise au moment de la vendange


Perte de qualité

  • Directe : par la dégradation de composés aromatiques, l’apparition de mauvais goûts et la présence de substances indésirables dans une vinification de qualité.
  • Indirecte : en obligeant le viticulteur à avancer la date de vendange de peur de voir la maladie exploser.


Surcoûts d’intervention

  • A la vendange : nécessité de réaliser un tri des grappes au vignoble ou à l’entrée en cave.
  • A la vinification : élimination de l’excès de matières solides (centrifugation, enzymage, débourbage, filtration), interventions spécifiques (sulfitage, levurage, acidification…)

Coûts de rattrapage d’une vendange botrytisée

Les surcoûts induits par les actions de rattrapage d’une vendange botrytisée sont bien supérieurs au coût d’une protection complète contre le botrytis.


Mauvaise conservation

Ce défaut est particulièrement grave pour les vins de garde.

Coût de revient d’un programme anti-botrytis

Le coût de revient d’un traitement contre le botrytis (0,03 euro par bouteille) est finalement marginal si on le rapporte au coût total d’une bouteille (5 euros). Il est ainsi 7 fois moins élevé que celui du bouchon…

Les 7 règles de la lutte contre le botrytis

Les 7 règles de la lutte contre le botrytis

Historique de la parcelle, mesures prophylactiques, lutte contre les tordeuses de la grappe, stades d’intervention, construction du programme, choix des produits, bonnes pratiques : trouvez en 7 règles les principes du raisonnement de la protection des vignobles contre botrytis.

Protection fongicide de la vigne

Protection fongicide de la vigne

Comment lutter efficacement contre les principales maladies de la vigne - mildiou, oïdium et botrytis - en respectant les principes d'une viticulture durable ?

Nos solutions anti-botrytis de la vigne

Ces contenus peuvent vous intéresser

Application Companion

Application Companion

Vous aussi, faites partie de la communauté de viticulteurs observateurs !

La Lettre d'Infos Agro

La Lettre d'Infos Agro

Abonnez-vous à notre lettre d'infos mensuelle et recevez nos actualités dédiées aux thématiques et cultures qui vous intéressent ainsi que nos avis d'experts !

Météo agricole

Météo agricole

Les prévisions météorologiques de votre région à 8 jours !

Agroécologie

Agroécologie

L’utilisation des produits phytosanitaires est fortement encadrée et elle doit suivre les bonnes pratiques agricoles : préservation de l'environnement et de la biodiversité.


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com.

Top