Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

En quoi la confusion sexuelle est-elle une voie d'avenir?

La protection intégrée, dont la confusion sexuelle fait partie, n’est pas destinée à remplacer totalement la lutte par traitement insecticide mais elle permettra d’en diminuer l’utilisation. Proposant une palette de solutions « complémentaires », la protection intégrée devrait tout de même peu à peu remplacer la plupart des insecticides.

L’efficacité de la confusion sexuelle, partielle, « ne doit pas être considérée comme celle des produits phytosanitaires classiques »

Le nombre des traitements phytosanitaires contre les ravageurs de la vigne ne cesse de diminuer depuis ces vingt dernières années. Cette diminution s’est accompagnée par un développement de la lutte raisonnée, mais aussi par « l’adoption des rares méthodes de lutte alternatives disponibles », expliquait Denis Thiery lors du Sitevi 2009. Parmi celles-ci, la confusion sexuelle, ou « confusion comportementale ».

Le développement de ces méthodes de lutte dites « alternatives », ou plutôt « complémentaires » aux produits phytosanitaires, va se poursuivre : « La combinaison de différentes méthodes complémentaires au cours du cycle du bioagresseur sera certainement une voie d’avenir, comme par exemple la confusion comportementale combinée avec des lâchers d’auxiliaires», présage Denis Thiery. Propos confirmés par les chiffres de l’Ibma (Association internationale des fabricants de produits biologiques), qui estime que d’ici 2020, « 70% des insecticides seront remplacés par les substances naturelles, phéromones, champignons, ou nématodes entomopathogènes ». Ne représentant en 2008 que 3,5% en valeur du marché de la protection des plantes, tous ces produits – agents biologiques et bio-pesticides – devraient, avec une croissance moyenne estimée par le syndicat à +15% par an, atteindre 25% du marché d’ici 2020, dans dix ans donc !

Si les industriels et les scientifiques envisagent un tel développement de la confusion sexuelle, c’est que cette méthode de lutte répond au triple enjeu technique mais aussi réglementaire et sociétal : technique d’abord, car la confusion sexuelle est, selon Denis Thiéry, « l’exemple le plus abouti et fonctionnel des méthodes de lutte alternatives disponibles puisque la technique est homologuée en France depuis 1995 ». Solution ‘alternative’ ou ‘complémentaire’ et non de ‘remplacement’, car cette méthode ne doit pas être considérée comme un produit phytosanitaire : « Ces méthodes doivent être considérées comme des méthodes à effet partiel, et dont l’efficacité peut avantageusement être augmentée par des techniques combinées », précise Denis Thiery.

Les diffuseurs à phéromones font partie des moyens de lutte actuels préconisés dans le cadre de la protection intégrée

L’efficacité de cette méthode dépend de la densité en insectes sur le vignoble, des populations importantes favorisant la rencontre des sexes au hasard ou sans l’aide de l’information phéromonale.

Globalement, l’efficacité obtenue avec la confusion est comparable à celle d’une protection insecticide « à la condition de recourir à une intervention complémentaire lorsqu’on est en présence d’une forte pression ».

Et ce passage du ‘tout insecticide’ à la ‘combinaison de plusieurs solutions’ pour lutter contre les bioagresseurs nécessite un grand changement d’état d’esprit de la part des viticulteurs, qui ont été habitués pendant longtemps à l’emploi de produits uniques à très forte efficacité : « La viticulture doit aussi se préparer à accepter l’usage de méthodes à effets parfois partiels pour contrôler les bioagresseurs », précise le chercheur. Outre ce changement d’état d’esprit, le développement des ces méthodes devra aussi impérativement s’accompagner d’une modification dans les pratiques des viticulteurs : « On devra avoir plus de présence physique sur les parcelles et beaucoup moins de temps sur le pulvérisateur, explique Pierre-Antoine Lardier, responsable du pôle cultures spéciales chez Basf. Le viticulteur doit revenir davantage sur ses parcelles et consacrer le temps d’observation important et nécessaire ! ».

La confusion sexuelle répond aussi à l’enjeu sociétal, dans la mesure où les consommateurs rejettent de plus en plus les « pesticides », que ce soit dans leur assiette ou dans l’environnement. L’absence totale de protection n’étant pas envisageable, la protection intégrée des cultures serait donc « la voie pour répondre à ce triple enjeu que sont la santé publique, l’environnement et le maintien du revenu agricole », mettait en avant Bernard Blum, responsable des affaires internationales d’Ibma lors du dernier colloque sur la protection intégrée.

D’un point de vue réglementaire, la protection intégrée sera également mise au premier plan dans les prochaines années afin de répondre à l’objectif fixé par le Grenelle de l’environnement et le plan Ecophyto 2018 de réduire de « de 50%, si possible, d’ici 2025, l’utilisation des produits phytosanitaires ».

L’étude Ecophyto R&D de l’Inra confirme cette tendance : pour atteindre 33% de diminution de produits phytosanitaires en France, les chercheurs ont estimé qu’il fallait généraliser la protection intégrée... De son côté, l’Ibma a précisé que la protection intégrée est obligatoire depuis 2014 au niveau européen (‘directive cadre pour l’utilisation durable des pesticides 2009/128/CE’, qui inclut la mise en œuvre de la PI), et que les Etats membres avaient jusqu’en 2012 pour « présenter des plans nationaux à la Commission ». « On ne se contente pas cette fois-ci de ‘bonnes pratiques agricoles’ et de l’emploi ‘judicieux’ des pesticides, se réjouissait Bernard Blum. Cette fois-ci, nous sommes aux prémices d’une véritable révolution, ce que beaucoup de personnes n’ont encore pas réalisé ! »

En savoir plus sur la méthode

La confusion sexuelle, une autre façon de protéger la vigne contre les vers de la grappe

La confusion sexuelle, une autre façon de protéger la vigne contre les vers de la grappe

La confusion sexuelle est une méthode biotechnique de protection insecticide de la vigne qui vise à perturber l’activité sexuelle des ravageurs de la grappe et de réduire ainsi les populations. Cette technique, efficace contre eudémis et cochylis, entre dans le cadre de la protection intégrée. Elle permet de réduire le recours aux insecticides classiques.

En savoir plus
Bien préparer les chantiers de pose

Bien préparer les chantiers de pose

Technique de protection intégrée de la vigne, la confusion sexuelle permet de réduire le recours aux insecticides classiques. Pour une efficacité optimale, il est nécessaire de bien préparer ses chantiers de pose des diffuseurs dès le mois de février, afin que tout soit prêt le jour J. Les premières poses en France commencent dans certaines régions dès fin mars.

En savoir plus
Des ravageurs très imprévisibles

Des ravageurs très imprévisibles

Les attaques des vers de la grappe Eudémis et Cochylis sont souvent imprévisibles de par leur niveau de population mais aussi leur localisation. Comme toute attaque imprévisible, la vigilance s’impose. Au risque sinon d’avoir des dégâts sur le rendement, ou pire, sur la qualité de la vendange. Retour sur des expériences vécues, dans le Val de Loire et en Bourgogne.

En savoir plus
BASF, pionnier de la confusion sexuelle

BASF, pionnier de la confusion sexuelle

Voilà près de vingt ans que BASF propose des solutions de lutte contre les tordeuses de la vigne par confusion sexuelle. Cette longue expérience lui permet d’être à la pointe de la recherche dans ce domaine.

En savoir plus

En savoir plus sur la lutte par confusion sexuelle

Méthode de lutte insecticide par confusion sexuelle

La confusion sexuelle est une méthode de protection insecticide de la vigne qui vise à perturber l’activité sexuelle des ravageurs de la grappe...

En savoir plus

La gamme Rak® : les solutions de BASF pour lutter contre les vers de la grappe

Utilisés depuis une vingtaine d’années en France, les diffuseurs de phéromones Rak® ne cessent d’être améliorés afin d’augmenter leur efficacité et de réduire leur prix. Présentation de ces solutions et recommandations d’utilisation.

En savoir plus sur la gamme Rak®
Bonnes pratiques : les règles sur les chantiers de pose des diffuseurs

Bonnes pratiques : les règles sur les chantiers de pose des diffuseurs

L’utilisation de phéromones pour lutter contre les vers de la grappe se répand dans les vignobles. La pause des diffuseurs au début du printemps est l’occasion de rappeler que cette substance naturelle reste un produit phytosanitaire, donc actif, et qu’elle doit être manipulée avec quelques précautions.

En savoir plus
Contrôle et suivi : taux de glomérules en G1

Contrôle et suivi : taux de glomérules en G1

A partir de début à mi-mai, il est recommandé de procéder à un comptage des glomérules contruits par les larves pour se faire une idée de l’importance de la population d’eudémis et de cochylis. Dans le cadre de la confusion sexuelle par exemple, au-delà de 30% des inflorescences touchées, il est nécessaire de prévoir un traitement insecticide classique pour abaisser la population de la 2ème génération à un niveau contrôlable par la solution Rak®.

En savoir plus

En savoir plus sur les ravageurs de la vigne

Cicadelle de la flavescence dorée

La cicadelle (Scaphoideus titanus) est un ravageur redouté des viticulteurs car elle est le vecteur de la flavescence dorée, une maladie de quarantaine qui peut entraîner l’arrachage de la parcelle.

Description, biologie et nuisibilité de la cicadelle

Cochylis

La cochylis (Eupoecilia ambiguella) est un lépidoptère appartenant à la famille des tordeuses. On l’appelle communément tordeuse ou ver de la grappe. Les chenilles de deuxième génération perforent les grains de raisin, favorisant l’installation de la pourriture grise et d’autres pourritures secondaires.

Description, biologie et nuisibilité de la cochylis

Eudémis

L’eudémis (Lobesia botrana) est un lépidoptère appartenant, comme la cochylis, à la famille des tordeuses ou vers de la grappe. Elle se comporte comme elle et provoque les mêmes dégâts.

Description, biologie et nuisibilité de l’eudémis

Ces contenus peuvent vous intéresser

Application Companion

Vous aussi, faites partie de la communauté de viticulteurs observateurs !

En savoir plus

La Lettre d'Infos Agro

Abonnez-vous à notre lettre d'infos mensuelle et recevez nos actualités dédiées aux thématiques et cultures qui vous intéressent ainsi que nos avis d'experts !

En savoir plus

Météo agricole

Les prévisions météorologiques de votre région à 8 jours !

En savoir plus

Pratiques responsables

L’utilisation des produits phytosanitaires est fortement encadrée et elle doit suivre les bonnes pratiques agricoles : protection de l’utilisateur, règles lors des interventions phytosanitaires, préservation de l'environnement et de la biodiversité.

En savoir plus


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com.

Top