Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

Météo agricole : bilan hydrique mensuel de votre région

Nous vous proposons un retour sur les principaux événements climatiques en accédant au bilan hydrique mensuel de votre région. Notre carte interactive indique, pour une centaine de communes de France, le surplus ou le déficit de précipitation par rapport à la moyenne décennale, mois par mois.

Ce mois de Mai 2019 a été globalement sec en comparaison des moyennes saisonnières sur ces 20 dernières années. Le déficit de précipitations se constate sur les 3/4 du territoire de France Métropolitaine. En effet, à l’exception de quelques villes en très léger surplus en eau (Melun, Troyes, Cognac, Vichy,…) les communes se situant au Nord de Lyon, sont toutes en manque d’eau.

Dans les Hauts-de-France et sur la pointe Bretonne, le déficit de pluie est très marqué avec 30mm à 60mm d’eau en moins (jusqu’à 90% de déficit).

Au Sud, la Gironde et les Alpes Maritimes sont les deux rares départements qui ont vu beaucoup plus de précipitations qu’à l’accoutumée pour un mois de Mai (+60%).

Ailleurs on retrouve globalement les moyennes de saisons.

La situation est plus hétérogène pour ce mois d’Avril 2020.

De nombreuses régions sont en déficit de précipitations. C’est le cas en particulier dans les régions du Grand-Est et de la Bourgogne-Franche-comté avec des valeurs moyennes au delà de +70% en comparaison des moyennes saisonnières.

Les pluies ont été également rares en région Hauts-de-France, Centre-Val de Loire et Auvergne-Rhône-Alpes avec des moyennes autour de 30% de surplus hydrique.

Ce sont les mêmes valeurs que l’on retrouve dans les régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine, à l’exception des zones côtières où l’on constate un excédent de précipitations (assez marqué en Occitanie, très modéré en Nouvelle-Aquitaine).

La Bretagne reste elle toujours dans les moyenne de saison.

Le mois de mars 2020 est globalement conforme aux moyennes saisonnières des 20 dernières années.

Ainsi, on peut constater un surplus ou déficit hydrique inférieur à 60% pour la quasi totalité des communes de France métropolitaine, seules Sète (-71%), Montpellier (-72%) et dans une moindre mesure Leucate (+63%) dépassant ces valeurs.

Globalement les communes du littoral (mer du Nord, Manche et Atlantique) sont en léger surplus. C’est également le cas des communes du Sud-Ouest, des Hauts-de-France, de l’Île-de-France et du Bassin parisien, de la Nouvelle-Aquitaine et des Pays de la Loire.

A l’inverse, la Bretagne, L’Auvergne-Rhône-Alpes, et le bassin méditerranéen sont en léger surplus.

La France métropolitaine peut-être coupée en deux : au Nord de Limoges des régions en surplus hydrique, et au Sud en déficit.

En effet, les précipitations ont été régulières et parfois abondantes sur la partie Nord du territoire : 60% en moyenne d’excédent de précipitations en comparaison des moyennes saisonnières avec des surplus de plus de 90mm pour un certain nombre de communes (Nancy, Abbeville).

Au sud, la pluie a encore manqué, en particulier autour du bassin méditerranéen et de la Corse avec des déficits frôlant les 100%.

Certains départements restent malgré tout dans les moyennes de saison (± 30%) à l’intérieur d’une zone allant de la Loire Atlantique à la Gironde à l’Ouest, jusqu’au Haut Rhin à l’Est.

Le premier mois de l’année 2020 a été plutôt sec en comparaison des moyennes saisonnières. La très grande majorité du territoire est en déficit de précipitations de l’ordre de 40% en moyenne.

On constate un déficit plus marqué pour certaines communes avec plus de 60% de déficit comme à Lille (-36mm), Strasbourg (-26mm), Clermont-Ferrand (-24mm) ou encore Pau (-77mm).

Le manque de pluie est encore plus marqué dans le Sud-Est (-79%) ou en Corse (jusqu’à -90%).

Les précipitations ont toutefois été plus abondantes que les moyennes de saison pour quelques communes, mais rarement au delà des 20% à l’exception de Sète ou Perpignan.

On constate pour ce mois de décembre 2019 une situation quasi identique au mois précédent.

En effet, à l’exception de quelques communes, l’ensemble du territoire de France métropolitaine est en surplus hydrique. L’excédent de précipitations reste relativement modéré, de 30% à 50% au delà des moyennes saisonnières.

Au nord, seule Mulhouse est en léger déficit.

Au sud, si certaines communes dépassent les 60% de surplus en eau (Clermont-Ferrand, Le Puy-en-Velay, Montauban), la plupart des régions restent en dessous de 50% d’excédent sauf les communes du Sud Hérault et Sud Gard, ainsi que Nice.

On constate pour ce mois de novembre 2019 un excédent de précipitations sur la quasi totalité du territoire de France métropolitaine en comparaison des moyennes saisonnières.

Au Nord, à l’exception de Lille, toutes les communes sont en surplus en eau de 50% en moyenne.

On retrouve plus ou moins la même situation sur la partie Sud du territoire, avec quelques exceptions autour de Mâcon et à l’Ouest du bassin méditerranéen (moins de 50% de surplus constaté).

Le Sud-Ouest a été particulièrement concerné par les fortes précipitations avec des excédent de précipitations au delà de 250mm (Auch, Tarbes, Pau, Dax).

Les pluies se sont poursuivies et intensifiées en ce moi d’Octobre 2019. La quasi totalité du territoire de France Métropolitaine est en surplus en eau en comparaison des moyennes saisonnières.

Les moyennes sont même très au dessus pour une grande majorité de communes avec un excédent de précipitations de +50% en moyenne.

Seule la Corse a vu moins de pluie qu’habituellement sur cette période.

Depuis le début de l’année, on retrouve globalement des moyennes de saison (±30% de surplus ou déficit).

La situation est assez stable pour ce mois de Septembre 2019 avec des valeurs proches des moyennes de saison.

En effet, à l’exception de quelques communes, le surplus ou déficit hydrique ne dépasse pas les 60%.

Les précipitations ont tout de même été soutenues à l’Ouest, de Cherbourg à La Rochelle, avec 40% de surplus en eau.

À l’inverse, l’Est de la France a vu moins de pluie d’habituellement pour un mois de septembre : de Lille à Montpellier, on constate une baisse de 40% du volume de précipitations sur la période avec des pointes au delà de -60%.

En corse le manque d’eau a été particulièrement marqué.

Ailleurs, la situation est plus contrastée mais relativement proche des moyennes saisonnières.

Ce mois d’Août 2019 présente une situation plus équilibrée que le mois précédent. Après les canicules du début d’été, les précipitations sont revenues (modérément) sur une partie significative du territoire.

Ainsi, au Nord de la Loire, seules les communes de Lille et Langres dépassent les 60% de déficit hydrique en comparaison des moyennes saisonnières.

C’est surtout le long de la Méditerranée que le manque de précipitations est marqué, de 70% à Sète jusqu’à 95% à Perpignan.

La sècheresse perdure également pour les communes autour d’un axe Montpellier-Romorantin, jusqu’à Limoges à l’Ouest et Nevers à L’Est.

Le déficit reste également élevé en Saône et Loire, Ain, Rhône ainsi qu’en Haute Corse.

Ailleurs, le déficit ou surplus en eau reste de saison, avec des valeurs autour de 30% en moyenne.

Comme attendu, une grande partie du territoire est en déficit hydrique pour ce mois de Juillet 2019 en particulier sur la partie Nord, où très peu de précipitations sont tombées au regard des moyennes saisonnières.

De nombreuses communes excèdent les 60% de déficit, jusqu’à 80% ou plus (Nantes, Bourges, Troyes, Saint-Dizier, Charleville-Mézières).

Au Sud du pays, le déficit en eau est principalement localisé autour de la vallée du Rhône.

Ailleurs, les orages de la fin du mois amènent un surplus en eau parfois important, comme on le constate en Gironde, en Corse, dans les Landes, les Pyrénées Orientales, l’Aude, le Var et les Alpes Maritimes.

Les précipitations du mois de juin 2019 sont globalement dans les moyennes de saison, c’est à dire que la majorité des communes ne dépassent pas les 50% de surplus ou de déficit.

La partie Ouest du territoire est plutôt en surplus, alors que la parti Est se trouve en déficit.

Le déficit le plus marqué est localisé autour du bassin Méditerranéen de Toulon à Nice et en Corse avec un manque en eau significatif.

D’autres communes sont en déficit moins important, mais à plus de 50% (Millau ou Dijon).

À l’inverse, quelques communes au Nord dépassent les 50% du surplus hydrique, c’est le cas au Touquet, à Boulogne-sur-mer ou à La Hague.

Sur l’année civile, le manque de précipitations est toujours présent, en particulier au Sud-Est.

Météo agricole

Météo agricole

Retrouvez la météo détaillée de votre région.

En savoir plus
Températures et précipitations en Europe

Températures et précipitations en Europe

Consultez nos cartes à 8 jours pour connaître les prévisions de températures et de précipitations en Europe.

En savoir plus
Top