Agricultural Solutions
header arboriculture basf
Site pour les professionnels de l'agriculture

Contact

Le carpocapse des pommes et des poires

Le carpocapse des pommes et des poires est un ravageur redoutable pour les vergers. On le retrouve également sur noyer, cognassier, occasionnellement sur abricotier et prunier. Cet insecte s’attaque aux pépins et aux noyaux, causant la chute des fruits.

Description

Adulte

La larve adulte mesure de 15 à 22 mm. Ses ailes antérieures sont striées de fines lignes sombres et présentent une tache ovale brune bordée de deux liserés brillants à leur extrémité. Les ailes postérieures sont, quant à elles, colorées en brun cuivré.


Œuf

L’œuf du carpocapse, mesurant environ 1.3 mm de diamètre, est en forme de lentille. Gris après la ponte, un anneau rouge-orangé apparaît au cours de son développement. Avant l’éclosion de l’œuf, on peut identifier un point noir. Une femelle pond entre 50 et 80 œufs sur les feuilles ou les fruits.


Chenille

En début de cycle, la chenille mesure 1.4 mm. De couleur blanchâtre, elle a une tête noire et une plaque thoracique brune. Au fur et à mesure de son développement, elle devient rose clair. Elle ressemble à la chenille de la tordeuse orientale et de la petite tordeuse des fruits mais s’en distingue grâce à l’absence de peigne anal.


Chrysalide

De couleur brun-jaune ou brun-foncé, la chrysalide du carpocapse mesure entre 9 et 10 mm.

Biologie

  • Ponte : dans les 5 jours après accouplement (parfois 12 jours). Celle-ci se fait au crépuscule à une température supérieure à 15 degrés et à une hygrométrie supérieure à 60%.
  • Stade baladeur : 1 à 2 jours. Durée diminuée en cas de forte chaleur ou pour la deuxième génération.
  • Durée de vie d’un adulte : 12 à 18 jours.

Cycle de vie

Deux générations par an en général. On peut voir apparaître une troisième génération autour de la Méditerranée, mais celle-ci termine rarement son cycle.
Hiverne à l’état de larve diapausante dans un cocon blanchâtre sous les écorces ou dans le sol

  • 1ère génération : apparaît d’avril à juin selon les régions.
  • 2ème génération : constituée des larves issues du développement de la première génération.

Dégâts

On retrouve le carpocapse majoritairement sur les pommiers et les poiriers (s’attaque aux pépins). Il est également très présent sur noyer et cognassier, et parfois prunier et abricotier.
Au stade baladeur de la larve, des petites morsures peuvent apparaître sur les feuilles. Le point de pénétration de la larve se situe souvent au contact de deux fruits ou d’un fruit et d’une feuille. Sur poire, il est fréquent que ce point de pénétration soit dans la cavité de l’œil.
La larve crée ensuite des galeries en spirale, encombrées de déjections. Elle se dirige alors vers le cœur du fruit, et s’attaque aux pépins sur pommes et poires, aux noyaux sur noyer et cognassier. Ces attaques provoquent la chute des fruits.

  • Pommiers : ils sont sensibles pendant toute la durée des vols.
  • Poiriers : le degré de sensibilité varie selon les variétés. Les variétés d’hiver (Conférence, Doyenné du Comice, etc.) sont sensibles surtout avec la deuxième génération de carpocapse, mais peuvent être attaquées avec la première. Les variétés d’été et d’automne (Dr. Jules Guyot, William’s, Beurré Hardy, etc.), sont quant à elles sensibles dès la première génération.

Solutions de lutte contre le carpocapse des pommes et des poires

Rak® 3 Super

La solution facile à poser pour la confusion sexuelle du carpocapse des pommes et poires.

En savoir plus

Rak® 3+4

Solution de biocontrôle BASF qui permet de lutter simultanément contre le carpocapse et contre plusieurs espèces de tordeuses de la pelure.

En savoir plus

Les autres ravageurs des arbres fruitiers

Top