Agricultural Solutions
header parlons vrai, arlons vigne
Site pour les professionnels de l'agriculture

Limiter le développement des maladies : prophylaxie

De la même manière que pour l'être humain, il semble naturel de prendre des mesures de prévention pour ne pas être malade. Pour la vigne, il est également recommandé de créer un contexte défavorable au développement des maladies.

En vidéo : comment les viticulteurs anticipent-ils la lutte contre les maladies de la vigne ?

Dans le cadre du programme Parlons Vrai Parlons Vigne , les vignerons Daniel Klack et Louis de Faramond nous exposent leur stratégies et pratiques agronomiques prophylactiques pour anticiper l’apparition de maladies au vignoble.

Daniel Klack :

« Cela commence déjà en période hivernale : ne pas ramener beaucoup d'engrais. Il faut créer un équilibre au niveau de la vigne pour qu'il n’y ait pas une pousse trop rapide, pour qu'il n’y ait pas trop de feuillage, pas trop de bois. »

Louis De Faramond :

« Pour prévenir l’apparition et le développement du mildiou, on a de l’ébourgeonnage déjà : on va tailler des baguettes assez longues, on va enlever 1 bourgeon sur 2 pour permettre lors du débourrement d’avoir des grappes qui se développent de manière séparée, ainsi le micro-climat au sein du feuillage de la vigne pourra être assez aéré et limiter le développement des spores de mildiou.

On passe aussi aux vendanges en vert, parce que si les grappes se développent par foyers séparés, elles peuvent être un peu trop agglomérées. Il nous arrive alors de tout faire tomber de la vendange sur des foyers un peu trop dense, toujours pour limiter l’apparition des spores de mildiou. »

Quelques exemples de mesures prophylactiques régulièrement mises en place :

Limiter l’impact de l’eau

  • Drainer les parcelles pour éviter la présence de mouillères
  • Rouler l’herbe pour limiter l’effet «splashing»


Éviter l’excès de vigueur

  • Adapter la taille hivernale
  • Gérer l’enherbement
  • Raisonner la fertilisation


Optimiser les travaux en vert

  • Soigner l’épamprage
  • Souffler les capuchons floraux (Botrytis)
  • Raisonner les rognages pour éviter l’entassement de végétation
  • Ebourgeonner, effeuiller, éclaircir si nécessaire


Dans le cas de risque black-rot

  • Éviter tous risques de contamination d’une année à l'autre : éliminer et bruler les bois porteurs et baies momifiée

Ces différentes mesures vont se combiner et interagir entre elles.

Une prophylaxie optimisée facilitera le déploiement d’itinéraires agroécologiques.

Maîtres-mots : Observer et anticiper !

Top