Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

Les stratégies à adopter contre la rouille jaune

Plus fréquente et plus virulente que par le passé, la rouille jaune doit désormais être intégrée dans les programmes de protection fongicide des blés. Une lutte efficace passe par un choix variétal judicieux et une intervention dès l’apparition des premiers foyers. Ce qui suppose une surveillance des parcelles dès la fin de l’hiver.

Quelle stratégie de lutte ?

1. Réduire le risque maladie

En matière de protection contre les rouilles, la tolérance variétale est le premier levier agronomique. Toutefois, on peut observer des contournements variétaux, parfois rapides. Une bonne surveillance parcellaire reste donc indispensable.

Les leviers permettant de diminuer le risque rouille jaune :

FacteurImportanceConseil
Sensibilité variétale+++Choisir des variétés peu sensibles
Fertilisation azotée++Fumures fractionnées
et équilibrées
Date de semis++Ne pas semer trop tôt
Destruction repousses+Labourer à temps

2. Surveiller et intervenir le plus tôt possible

Contrairement à la septoriose, qui se manifeste sur toutes les plantes en même temps et progresse ensuite sur les différents étages foliaires, la rouille jaune peut apparaître de manière soudaine. Quelques pustules présentes sur des pieds de blé isolés suffisent à relancer le cycle de la maladie. Les attaques de rouille jaune peuvent d’autant plus prendre les agriculteurs de cours qu’elles sont souvent précoces.

La vigilance s’impose dès la fin de l’hiver

Pour contrôler la rouille jaune, il faut commencer par surveiller de près ses parcelles, en commençant par celles qui sont semées avec les variétés les plus sensibles. Outre un tour de plaine précoce et minutieux dès la fin de l’hiver, on pourra recourir aux outils de veille suivants :

  • Bulletins de santé végétale (BSV) : signalent les premières parcelles touchées et suivent l’évolution de l’épidémiologie.
  • Service Observ’OnLine de BASF : permet de recueillir rapidement les informations sur les attaques dans différentes zones de collecte, de les synthétiser à l’échelle d’un secteur et de déclencher les alertes de traitement.

Intervenir le plus tôt possible

La date de déclenchement du traitement est essentielle. Des essais conduits en Bretagne par Arvalis-Institut du végétal sur des attaques précoces de rouille jaune ont montré que l’application d’un traitement au stade T0 épis 1 cm dès l’apparition des premiers foyers permet de gagner entre 11 et 15 q/ha par rapport à un premier traitement réalisé classiquement au stade 1 à 2 nœuds.

Seuil d’intervention en fonction du stade végétatif

  • Stade épi 1 cm : intervenir dès la présence de foyer actif de rouille jaune, c’est-à-dire lorsque les pustules sont pulvérulentes.
  • Stade 1 nœud : traiter dès l’apparition des premières pustules dans la parcelle.


3. Choisir le bon fongicide et adapter la dose

Les triazoles robustes comme l’époxiconazole (en préventif et en curatif) sont très efficaces contre la rouille jaune. On interviendra donc dès la détection des symptômes et en renouvellement tant que l’épidémie n’est pas durablement enrayée. Le triazole peut être associé à un SDHI en période d’encadrement de la dernière feuille étalée.

En parallèle, d’autres familles comme les strobilurines auront une efficacité uniquement préventive.

Pour apporter la curativité permettant de stopper une épidémie de rouille jaune, on veillera à apporter une dose suffisante de fongicide.

Moyens de lutte contre la rouille jaune du blé : T2 à Dernière Feuille Etalée

Pour aller plus loin :

Les conseils de lutte contre la rouille jaune

Les conseils de lutte contre la rouille jaune

Pour Anne Plovie, responsable du service agronomie et agriculture durable de la coopérative Cap Seine (Haute-Normandie), la rouille jaune est devenue une maladie à surveiller de près, au même titre que la septoriose. Nouvelles souches, tolérance variétale mise en défaut, attaques précoces... De nombreuses évolutions sont à prendre en compte.

Une maladie incontournable du blé

Une maladie incontournable du blé

La pression exercée désormais par Puccinia striiformis dans de nombreuses régions de France fait de la rouille jaune une maladie aussi préjudiciable que la septoriose ou la rouille brune. Les agriculteurs doivent en tenir compte dans la construction de leurs programmes fongicides et la sensibilité des variétés à cette maladie.

Ces contenus peuvent vous intéresser

Observatoire Rouille jaune

Observatoire Rouille jaune

Suivez l'évolution de la rouille jaune près de chez vous avec Info'risque !

Application Companion

Application Companion

Vous aussi, faites partie de la communauté d'agriculteurs observateurs !

Rouille jaune du blé

Rouille jaune du blé

Symptômes, cycle de vie et moyens de lutte contre cette maladie du blé.

Météo agricole

Météo agricole

Les prévisions météorologiques de votre région à 8 jours !

Top