Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

2. Intégrer l’agronomie dans la stratégie de désherbage

Les 4 piliers du désherbage

Certaines pratiques agronomiques permettent de limiter le développement de la flore adventice des cultures. Les plus efficaces sont le labour, l’introduction de cultures de printemps, le faux semis et le décalage de la date de semis des céréales d’hiver. Elles seront intégrées dans la stratégie de désherbage en fonction de l’adventice cible.

Une fois l’adventice cible identifiée, l’agronomie doit tenir une place primordiale dans la stratégie de désherbage. Les pratiques culturales doivent précéder tout traitement herbicide. L’objectif est de perturber le cycle des mauvaises herbes et de diminuer le stock de graines. Parmi les plus favorables à la maîtrise de la flore adventice, on peut citer le labour, l’introduction de cultures de printemps, le faux-semis et le décalage de la date de semis des céréales d’hiver. L’efficacité de ces différents leviers agronomiques varie selon les adventices.

Les méthodes agronomiques qui participent à la stratégie de désherbage

LabourCulture de printemps
Enfouit les graines pour les faire dépérirRompt le cycle de développement des adventices et diversifie les modes d’action
Faux-semisDécalage de la date de semis
Fait germer les adventices pour permettre une destruction chimique ou mécanique avant le semis de la cultureEsquive la levée d’une partie des adventices

Efficacité des méthodes agronomiques selon les adventices

VulpinRay-grassMatricaireGéranium
Efficacité bonne à très bonneEfficacité moyenneEfficacité moyenneEfficacité bonne à très bonne
CoquelicotGailletRavenelle 
Efficacité moyenneEfficacité bonne à très bonneEfficacité irrégulière 
75%Agriculteurs en non-labour insatisfaits de leur désherbage, contre 25% avec labour
(source Arvalis – institut du végétal)
50%Réduction des levées de ray-grass en décalant de 10 jours la date de semis des céréales d’hiver
(source BASF)
96%Baisse maximale de la population de vulpin obtenue en introduisant une culture de printemps dans la rotation
(source BASF)

Les autres piliers du désherbage

1. Identifier la cible de la parcelle

1. Identifier la cible de la parcelle

La première étape d’une bonne stratégie de désherbage consiste à identifier, à l’échelle de chaque parcelle, l’adventice qui pose un problème récurrent tout au long de la rotation...

3. Alterner, associer et diversifier les modes d’action herbicides

3. Alterner, associer et diversifier les modes d’action herbicides

Face aux phénomènes de résistance des adventices à certaines substances actives, il est nécessaire d’associer et d’alterner des produits utilisant des modes d’action complémentaires et différents...

4. Traiter au bon moment

4. Traiter au bon moment

L’efficacité du désherbage dépend du positionnement du ou des traitements herbicides. La règle de base est de se placer dans les meilleures conditions d’efficacité des produits. Les bonnes conditions d’application varient en fonction des cultures et des types d’herbicides...

En savoir plus sur le désherbage

Les méthodes agronomiques favorables au désherbage

Les méthodes agronomiques favorables au désherbage

Culture de printemps, décalage de la date de semis des céréales d’hiver, faux-semis, labour sont autant de méthodes qui limitent le désherbage

En savoir plus sur les résistances aux produits phytosanitaires

De quoi parle-t-on ?

De quoi parle-t-on ?

La résistance des bioagresseurs (maladies, adventices, ravageurs) à certains produits phytosanitaires est un sujet de préoccupation majeur pour tous les professionnels de l’agriculture. Pour prévenir et gérer le développement des résistances, il est essentiel de bien en connaître les mécanismes.

Les mécanismes en jeu

Les mécanismes en jeu

La résistance aux matières actives phytosanitaires fait appel à des mécanismes biochimiques, physiologiques ou comportementaux pouvant être très complexes. Attention, tout échec au champ n’est pas synonyme de résistance ; un diagnostic doit être établi au laboratoire.

Qu'est-ce qu'un mode d'action ?

Qu'est-ce qu'un mode d'action ?

Savoir comment les matières actives des produits phytosanitaires agissent sur le métabolisme et les fonctions vitales des bioagresseurs constitue un atout quand on veut adopter une stratégie volontariste de gestion des modes d’action. Aperçu des principaux modes d’action fongicides, insecticides et herbicides.

Prévenir et gérer les risques de résistances aux fongicides

Prévenir et gérer les risques de résistances aux fongicides

L’évolution de la sensibilité aux fongicides de certains champignons pathogènes suscite de légitimes inquiétudes. Elle n’est pourtant pas une fatalité. Il est possible de préserver l’efficacité des modes d’action fongicides en respectant quelques principes simples… c’est ce que l’on appelle « gérer les modes d’action ».

Prévenir et gérer les risques de résistances aux herbicides

Prévenir et gérer les risques de résistances aux herbicides

Pour limiter le développement des résistances aux herbicides, il est plus que jamais nécessaire de raisonner son désherbage dans le cadre de la rotation, en intégrant les bonnes pratiques agronomiques et en gérant correctement les modes d’action herbicides.

Prévenir et gérer les risques de résistances aux insecticides

Prévenir et gérer les risques de résistances aux insecticides

La moindre sensibilité aux matières actives insecticides développée par certains ravageurs n’est pas une fatalité. Il est possible de lutter contre ce phénomène en articulant mesures prophylactiques et gestion raisonnée des modes d’actions insecticides.

Ces contenus peuvent vous intéresser

Application Companion

Application Companion

Vous aussi, faites partie de la communauté de viticulteurs observateurs !

La Lettre d'Infos Agro

La Lettre d'Infos Agro

Abonnez-vous à notre lettre d'infos mensuelle et recevez nos actualités dédiées aux thématiques et cultures qui vous intéressent ainsi que nos avis d'experts !

Météo agricole

Météo agricole

Les prévisions météorologiques de votre région à 8 jours !

Agroécologie

Agroécologie

L’utilisation des produits phytosanitaires est fortement encadrée et elle doit suivre les bonnes pratiques agricoles : préservation de l'environnement et de la biodiversité.


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto .

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com .

Top