Agricultural Solutions
Site pour les professionnels de l'agriculture

« Du mildiou dans le sud, de l’oïdium dans l’est, et des vendanges précoces et de qualité »

5 nov. 2020

L’année n’a pas été trop compliquée sur le plan de la conduite de la vigne, sauf pour les viticulteurs des Charentes, du Sud-Ouest et du Sud-Est qui ont eu fort à faire avec le mildiou et ceux du Sud-Est et du Nord-Est qui ont dû faire face à des attaques tardives surprenantes d’oïdium. Après un été chaud et très sec, les vendanges ont démarré avec plusieurs semaines d’avance dans la plupart des vignobles et se sont déroulées dans de très bonnes conditions, avec à la clé, des rendements satisfaisants et de bons niveaux de qualité. Seule ombre au tableau, la crise sanitaire liée au Covid 19, qui a fait chuter les ventes de vin, en particulier à l’export. Petit retour sur 2020 avec David Claudel.

Comment s’est déroulée l’année 2020 pour les viticulteurs français ?

Après un débourrement précoce de la vigne, l’enchaînement des stades phénologiques a été très rapide, et la floraison s’est déclenchée en moyenne, avec dix jours d’avance sur l’an dernier. On a noté un raccourcissement de la période entre les stades mi-floraison et grain de pois, de 5 jours sur les quinze dernières années. L’écart entre ces deux stades constitue un marqueur du changement climatique pour la vigne. Il est passé pour le Cabernet-Sauvignon dans le Sud-Ouest, de 24 jours en 2005, à 19 jours en 2020. Quelques accidents climatiques, gelées, orages de grêles et inondations, ont émaillé localement, le démarrage de la saison. Le printemps a aussi été marqué par une pluviométrie très importante dans le pourtour méditerranéen. L’année a ensuite été très chaude et très sèche, ce qui a permis de récolter des raisins sains et de qualité.

Comment se sont passées les vendanges ?

Les vendanges ont démarré exceptionnellement tôt, dès le 3 ou 4 août dans le sud-est et se sont déroulées dans l’ensemble des vignobles dans de très bonnes conditions. Les rendements sont assez hétérogènes, mais au plan national, en dépit du déficit hydrique et de la réduction volontaire de volume en Champagne, la production est estimée à 44,1 millions hl, en hausse de 4% par rapport à 2019, et en baisse de 1% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. L’année a par contre été impactée sur le plan économique par la crise du Covid qui a perturbé les ventes en France et surtout à l’export.

Quel a été l’impact des conditions climatiques sur le développement des maladies et des ravageurs ?

Globalement, le climat chaud et sec n’a pas été propice aux maladies. Dans le Centre-Ouest et Val de Loire, les viticulteurs ont vu peu de mildiou , oïdium ou black-rot . En Charentes, dans le Bordelais et dans le Sud-Est, notamment dans l’Aude, ils ont par contre dû faire face à de grosses attaques de mildiou compliquées à gérer, avec de surcroît des difficultés à rentrer dans les parcelles détrempées pour assurer la protection. L’oïdium s’est aussi manifesté tardivement et de façon surprenante, à partir de mi-juillet dans le Sud-Est, et dans le Nord-Est. Le black-rot fréquemment rencontré en Savoie et dans les contres-forts des Cévennes jusqu’à présent, s’est étendu plus largement vers le sud et dans le Gard.

A noter également que la pyrale Cryptoblabes gnidiella, s’installe dans le Sud-Est et étend sa zone d’extériorisation. Il va falloir prendre en compte dans les programmes, ce ravageur qui provoque des dégâts lorsque les baies sont mûres.

Que fallait-il faire cette année pour assurer une bonne protection contre les maladies de la vigne ?

Contre le mildiou et l’oïdium , les programmes qui ont bien fonctionné, s’appuyaient sur des interventions en préventif, avant les premières précipitations. Un produit puissant comme Futura® , permet de canaliser au maximum les premières contaminations de mildiou, et de le contrôler ensuite plus facilement. Même constat, avec Vivando® contre l’oïdium appliqué très tôt.

En encadrement de floraison, des produits à base d’amétoctradine, Enervin® ou Resplend® permettent de bien contrôler le mildiou . Le fait d’utiliser Enervin® Active également à base d’amétoctradine associé au phosphonate de potassium, apporte de la systémie pour une rémanence très longue. A ce stade, contre l’oïdium, Yaris® et Collis® sont les produits qui assurent les plus hauts niveaux de performance.

Le produit de biocontrôle Roméo® peut également être intégré au programme, notamment dans les premiers stades, lorsque la pression des maladies est encore faible, pour stimuler les défenses naturelles de la vigne. Beaucoup de viticulteurs se penchent de nouveau à la façon de l’utiliser pour réduire l’emploi des produits traditionnels la prochaine saison.

Nous disposons également à notre gamme, de Tessior® , contre les maladies du bois . Ce produit qui associe la pyraclostrobine au boscalid, a donné de très bons résultats en préventif, contre l’esca. Il s’utilise avec un appareil à dos dédié munis d’un pistolet pour une application de précision sur les plaies de tailles fraîches.

 BASF France Agro

BASF France Agro

  • 04 72 32 45 45 ((Service et appel gratuits))
  • 21 chemin de la Sauvegarde
  • 69130 Ecully
Top