Agricultural Solutions
Agriculture

Contact

Météo agricole : bilan hydrique mensuel de votre région

Nous vous proposons un retour sur les principaux événements climatiques en accédant au bilan hydrique mensuel de votre région. Notre carte interactive indique, pour une centaine de communes de France, le surplus ou le déficit de précipitation par rapport à la moyenne décennale, mois par mois.

Janvier 2019

La plupart des communes sont en déficit hydrique léger pour ce premier mois de l’année 2019.

Pour la partie nord du territoire, le déficit est de -30% en moyenne. Le manque d’eau dépasse parfois les 60% comme à Charleville-Mézières, Nantes, Saint-Nazaire ou La Roche-sur-Yon.

Quelques communes restent malgré tout en surplus léger. C’est le cas à Boulogne, Dieppe, Dinard, Saint-Dizier ou Blois (30% de surplus au maximum).

Au Sud, le pourtour méditerranéen est particulièrement marqué par le manque d’eau avec des valeurs au delà de 70% pour la majorité des communes. Ailleurs, le déficit dépasse rarement les 30%, certaines communes sont même en léger surplus, notamment sur la façade atlantique et au pied des Pyrénées (Tarbes, Saint-Girons).

Décembre 2018

Les quantités de précipitations observées pour le mois de décembre 2018 sont globalement dans les moyennes saisonnières.
Peu de communes se trouvent au delà des 50% du surplus ou déficit hydrique.
Sur la partie Nord du territoire, c’est essentiellement un surplus en eau que l’on constate malgré tout, à l’exceptions de quelques communes (Rennes, Dinard, Saint-Brieuc ou encore La Hague au Nord Cotentin) avec une moyenne de +30%.
Plus au Sud, la situation est plus contrastée : sur le pourtour méditerranéen, on constate un déficit de précipitations (de 30% à près de 100% à Perpignan) à l’exception de la région Marseillaise. C’est le cas également dans la vallée du Rhône (+50% à Lyon).
Ailleurs, les valeurs restent de saison avec des valeurs inférieur à ±50%.Novembre 2018Peu de régions dépassent les 50% de surplus ou de déficit hydrique en ce mois de Novembre.
Au Nord et en Normandie, seules les communes de Dunkerque et Caen sont en déficit de pluie plus marqué (autour de +60%).
A l’Est, ce sont Mulhouse et Besançon qui dépassent légèrement les 50% de déficit, et au Sud Perpignan et Carcassonne (entre -65% et -75%).
Au bord de la Méditerranée, toutes les communes sont en surplus de précipitations, à l’exception de Perpignan. C’est le cas en particulier à Istres et Sète qui dépassent les +60%.
Ailleurs, on retrouve plus ou moins des valeurs de saison.Octobre 2018Pour le mois d’Octobre 2018, la situation est plus contrastée que le mois précédent. Au Nord (jusqu’à Niort à l’Ouest et Mâcon à l’Est), une grande partie du territoire reste en déficit hydrique mais de façon moins marquée que le mois de septembre.
Le manque de pluie est significatif à l’Est (-70% à Strasbourg, Saint-Dizier et Besançon). On retrouve les mêmes valeurs en Loire-Atlantique et en Vendée.
La côte Bretonne, ainsi que Rennes, sont en surplus léger à modéré.
Au Sud, la côte atlantique reste en déficit tandis que les régions Occitane et Provence-Alpes-Côtes d’Azur sont majoritairement en surplus de précipitations (jusqu’à 80% sur le pourtour méditerranéen).Septembre 2018La situation est assez simple pour ce mois de Septembre 2018 : quasiment toutes les communes de France métropolitaine sont en déficit hydrique.
Seules quelques communes sont en très léger surplus : Dieppe et Saint-Quentin au Nord avec moins de 10% de surplus, Le Puy-en-Velay, Saint-Girons et Perpignan au Sud avec +30% au maximum.
Le manque de précipitations est particulièrement marqué au Sud avec un grand nombre de communes à plus de 90% de déficit.
La plupart des localités à l’intérieur d’une zone Brest-Metz-Grenoble-Cognac sont en fort déficit également avec plus de 60% en moyenne.
Seule la région Hauts-de-France est un peu moins impactée par le manque en eau avec des déficit en dessous de 50%.Août 2018Une grande partie du territoire de France métropolitaine est en déficit hydrique en ce mois d’Août 2018, en comparaison des moyennes sur 15 ans.
C’est le cas pour les régions Ile-de-France, Centre Val de Loire, Bourgogne Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes , Pays-de la Loire , Occitanie. Pour ces régions, seules quelques communes sont en surplus (Bourg-Saint-Maurice, Saint-Nazaire, Perpignan et Nîmes).
La plupart des communes du Grand-Est sont globalement dans les moyennes de saison (moins de 50% de déficit ou de surplus). C’est le cas également pour la région Hauts-de-France et Normandie, à l’exception de Dieppe, en fort déficit.
Pour la Bretagne, la situation est plus contrastée, avec un déficit de précipitations marqué à Lannion, Saint-Brieuc et Lorient. Ailleurs, les valeurs sont conformes au moyennes de saison.
En Provence-Alpes-Côte d’Azur on peut constater des valeurs au delà des moyennes de saison à l’exception de Nice en léger déficit.
En Corse, le Nord est déficitaire alors que le sud est en excédent.
Juillet 2018La situation est assez marquée en ce mois de Juillet 2018 : fort déficit hydrique au Nord, et surplus au Sud.
Ce sont les régions Normandie, Hauts-de-France, Île-de-France et Grand Est qui ont vu le moins de précipitations avec un déficit moyen de l’ordre de 65% (jusqu’à plus de 80% à Lille et Charleville-Mézières).
Le déficit est plus modéré sur la partie Est de la Bretagne (Ile-et-Vilaine et une grande partie des Côtes-d’Armor) ainsi qu’en Bourgogne-France-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes (à l’Exception de Clermont-Ferrand, en léger surplus).
Plus au Sud, on retrouve un manque d’eau dans la vallée du Rhône, jusqu’à Montpellier.
Le Sud-Ouest a lui été particulièrement touché par les orages et affiche des valeurs au dessus des moyennes saisonnières (50% de surplus de précipitations en moyenne, jusqu’à 80%).
Juin 2018Les orages de ce mois de Juin 2018 ont pour conséquence une forte hausse des précipitations sur une large partie du territoire. C’est surtout au Nord-Ouest (à l’intérieur d’un triangle Saint-Brieuc-Cognac-Paris) qu’on constate un surplus hydrique assez important avec des hausses de 50% à 70%. C’est dans la région de Nantes qu’on constate la plus grande quantité de pluie, avec plus de 120mm de surplus en comparaison des moyennes saisonnières. Si le Nord est épargné, c’est le manque d’eau qui est significatif pour ce mois de juin (-40mm de précipitations en moyenne).
Ailleurs, la situation est plus contrastée : la Corse et les communes du pourtour méditerranéen sont en surplus hydrique assez important (jusqu’à 70%) tandis que le Sud-Ouest (Bordeaux, Montauban, Saint Girons) est en déficit de façon assez marquée.
Les valeurs pour les autres régions du territoire restent dans les moyennes de saison.
Mai 2018La principale information pour ce mois de Mai 2018 est la présence d’un déficit hydrique très marqué à l’Ouest du territoire de France métropolitaine.
Ainsi, l’ensemble de la Bretagne, la quasi-totalité des Pays de la Loire et du Centre Val de Loire sont en déficit de façon assez marquée, de -30% à -90% (20mm à près de 70mm de précipitations en moins).
Ailleurs, la situation est plus conforme aux moyennes saisonnières avec toutefois des excédents en eau sur la plupart des régions (50% d’excédent au plus).Avril 2018La situation est plus contrastée pour ce mois d’Avril 2018. Un certain nombre de communes sont toujours en surplus de précipitations : c’est le cas au Nord avec des surplus en eau de +30% à +50% par rapport aux moyennes saisonnières sur les côtes de la manche et de la mer du Nord, de Dinard à Dunkerque.
Plus au Sud, les communes en surplus hydrique se situent principalement sur le pourtour méditerranéen .
A l’exception de quelques communes en net déficit (plus de 50% à Aurillac ou Ambérieu), on trouve une majorités de localités où les quantités de précipitations restent dans les moyennes saisonnières (moins 40% de surplus ou déficit, 30% en moyenne).
Mars2018La carte de ce mois de mars 2018 parle d’elle-même : l’ensemble du territoire est en surplus hydrique en comparaison des moyennes sur les 12 dernières années.
En moyenne, les quantités de précipitations sont en hausse de plus de 40% par rapport aux moyennes saisonnières (avec plus de 40mm en moyenne).
Depuis le début de l’année, l’ensemble du territoire est désormais également en surplus hydrique.
Février 2018Nous retrouvons pour ce mois de février 2018 des quantités de précipitations se situant dans les normales saisonnières. Le surplus ou déficit hydrique ne dépasse pas les 50% pour une grande majorité de communes.
A l’exception du Sud-Ouest, les valeurs moyennes se situent autour de 30%, ce qui ne constitue pas une anomalie.
Au Sud-Ouest la situation est plus contrastée avec des excédents ou déficits plus marqués ; on trouve ainsi des moyennes qui vont au delà de 60%, principalement dans les terres (Montélimar, Mende). La Corse est elle en surplus de plus de 60%.

Top