Agricultural Solutions

Agriculture

Contact

« Oui, il est possible de favoriser le développement des insectes auxiliaires de la vigne ! »

Ingénieur Conseil Environnement, Valérie Joulia-Guignard a supervisé pour la moitié sud de la France l’étude menée pendant trois ans par BASF pour évaluer l’effet de la lutte par confusion sexuelle sur l’entomofaune auxiliaire de la vigne. Elle nous en présente les enjeux et les premiers enseignements.

Quel était l’objectif de cette étude ?

Notre démarche s’inscrit dans la dynamique de la viticulture durable. L’étude poursuivait deux objectifs. D’une part, nous voulions vérifier de façon scientifique que la protection d’un vignoble par confusion sexuelle avec notre solution Rak ®, en l’occurrence – permet de favoriser l’entomofaune auxiliaire. C’est-à-dire les insectes qui rendent des services au viticulteur, en particulier les prédateurs et les parasitoïdes des ravageurs de la vigne. D’autre part, nous voulions mesurer l’effet du paysage – haies, jachères, enherbement… – sur ces auxiliaires.

Comment avez-vous procédé ?

Avec l’aide d’une entomologiste, nous avons effectué, de juin à septembre, des collectes et des comptages d’insectes dans différents types de parcelles : sous Rak®, en protection conventionnelle ou en agriculture biologique, enherbée ou non, environnée ou non de haies, etc. Ce protocole nous a permis de mesurer l’impact des différents paramètres sur la population d’auxiliaires. Et cela dans chacune des régions étudiées.

Et vous en avez trouvé beaucoup, des insectes ?

Plutôt ! Au total, nous avons collecté 21 500 individus et avons identifié près de 700 espèces différentes. Parmi elles, 85% sont des auxiliaires de la vigne et 27% des auxiliaires sont intéressants contre les tordeuses de la grappe , premiers ravageurs de la vigne.

Quels enseignements tirez-vous de ces observations ?

On constate une différence significative entre les parcelles sous Rak® et les parcelles de référence, traitées de façon conventionnelle ou en agriculture biologique, aussi bien en termes d’abondance que de diversité. De la même façon, on observe une amélioration quantitative et qualitative de la biodiversité lorsque des infrastructures agroécologiques – haies, jachères, enherbement de l’interrang… – se trouvent à proximité des vignes. Par exemple, sur une parcelle située dans le vignoble du Médoc, en Rak® depuis plus de vingt ans, nous avons observé une abondance de carabes dorés, excellents indicateurs de la qualité d'un milieu naturel.

Les viticulteurs sont-ils intéressés par les résultats de l’étude ?

Bien sûr ! Lorsque nous les avons présentés aux viticulteurs partenaires de l'étude, une viticultrice s'est exclamée : « Je suis heureuse de voir que nos vignes sont riches de biodiversité ! » Redonner de la fierté aux viticulteurs, si souvent mis sur la sellette, est une grande source de satisfaction pour moi. Nous le constatons aussi chaque fois que nous menons des actions pour les sensibiliser à l’intérêt de la biodiversité. Nous organisons ainsi des visites « bout de vigne », qui permettent aux viticulteurs de rencontrer l'entomologiste et d’apprendre à reconnaître les auxiliaires de la vigne. A la fin de la journée, ils ne voient plus les araignées et les faucheux de la même façon ! Ces rencontres sont pour nous l’occasion de donner des conseils pour favoriser le développement des auxiliaires. Par exemple, par la création d’infrastructures agroécologiques : plantation de haies, enherbement des tournières et de l’interrang, etc. Autant d’actions qui s’inscrivent dans le programme Biodivers’ID que nous menons depuis 2012 avec nos partenaires.

En savoir plus sur les bonnes pratiques

Confusion sexuelle : les règles à respecter sur les chantiers de pose des diffuseurs

Confusion sexuelle : les règles à respecter sur les chantiers de pose des diffuseurs

L’utilisation de phéromones pour lutter contre les vers de la grappe se répand dans les vignobles. La pause des diffuseurs au début du printemps est l’occasion de rappeler que cette substance naturelle reste un produit phytosanitaire, donc actif, et qu’elle doit être manipulée avec quelques précautions.

En savoir plus
Lutte contre les ravageurs de la vigne : la Suisse romande, championne de la confusion sexuelle

Lutte contre les ravageurs de la vigne : la Suisse romande, championne de la confusion sexuelle

La lutte insecticide par confusion sexuelle est autorisée en Suisse depuis vingt-cinq ans. Aujourd’hui, elle est utilisée avec succès sur près de 90% des vignobles dans le Valais et le canton de Vaud.

En savoir plus
La pose des diffuseurs de phéromones : un chantier important

La pose des diffuseurs de phéromones : un chantier important

La pose des diffuseurs de phéromones, dans le cadre de la confusion sexuelle contre Eudémis et Cochylis, est un véritable « chantier », mais un chantier fédérateur. La pose demande un travail important de réflexion en amont et le jour « J », une mobilisation de tous pour garantir la réussite de la protection.

Témoignage en Val de Loire
Etude de la biodiversité dans les vignes

Etude de la biodiversité dans les vignes

Depuis 2015, BASF mène une étude sur les populations d’insectes présents dans les vignobles français. Les premiers résultats montrent que la combinaison d’infrastructures écologiques (haies, enherbements, jachères…) et de la lutte par confusion sexuelle (Rak®) permet de favoriser le développement des insectes auxiliaires de la vigne.

Ce que révèle notre étude

En savoir plus sur la lutte insecticide par confusion sexuelle

Méthode de lutte insecticide par confusion sexuelle

La confusion sexuelle est une méthode de protection insecticide de la vigne qui vise à perturber l’activité sexuelle des ravageurs de la grappe...

En savoir plus

La gamme Rak® : les solutions de BASF pour lutter contre les vers de la grappe

Utilisés depuis une vingtaine d’années en France, les diffuseurs de phéromones Rak® ne cessent d’être améliorés afin d’augmenter leur efficacité et de réduire leur prix. Présentation de ces solutions et recommandations d’utilisation.

En savoir plus sur la gamme Rak®
Bonnes pratiques : les règles sur les chantiers de pose des diffuseurs

Bonnes pratiques : les règles sur les chantiers de pose des diffuseurs

L’utilisation de phéromones pour lutter contre les vers de la grappe se répand dans les vignobles. La pause des diffuseurs au début du printemps est l’occasion de rappeler que cette substance naturelle reste un produit phytosanitaire, donc actif, et qu’elle doit être manipulée avec quelques précautions.

En savoir plus
Contrôle et suivi : taux de glomérules en G1

Contrôle et suivi : taux de glomérules en G1

A partir de début à mi-mai, il est recommandé de procéder à un comptage des glomérules contruits par les larves pour se faire une idée de l’importance de la population d’eudémis et de cochylis. Dans le cadre de la confusion sexuelle par exemple, au-delà de 30% des inflorescences touchées, il est nécessaire de prévoir un traitement insecticide classique pour abaisser la population de la 2ème génération à un niveau contrôlable par la solution Rak®.

En savoir plus

En savoir plus sur les ravageurs de la vigne

Cicadelle de la flavescence dorée

La cicadelle (Scaphoideus titanus) est un ravageur redouté des viticulteurs car elle est le vecteur de la flavescence dorée, une maladie de quarantaine qui peut entraîner l’arrachage de la parcelle.

Description, biologie et nuisibilité de la cicadelle

Cochylis

La cochylis (Eupoecilia ambiguella) est un lépidoptère appartenant à la famille des tordeuses. On l’appelle communément tordeuse ou ver de la grappe. Les chenilles de deuxième génération perforent les grains de raisin, favorisant l’installation de la pourriture grise et d’autres pourritures secondaires.

Description, biologie et nuisibilité de la cochylis

Eudémis

L’eudémis (Lobesia botrana) est un lépidoptère appartenant, comme la cochylis, à la famille des tordeuses ou vers de la grappe. Elle se comporte comme elle et provoque les mêmes dégâts.

Description, biologie et nuisibilité de l’eudémis

Ces contenus peuvent vous intéresser

Application Companion

Vous aussi, faites partie de la communauté de viticulteurs observateurs !

En savoir plus

La Lettre d'Infos Agro

Abonnez-vous à notre lettre d'infos mensuelle et recevez nos actualités dédiées aux thématiques et cultures qui vous intéressent ainsi que nos avis d'experts !

En savoir plus

Météo agricole

Les prévisions météorologiques de votre région à 8 jours !

En savoir plus

Pratiques responsables

L’utilisation des produits phytosanitaires est fortement encadrée et elle doit suivre les bonnes pratiques agricoles : protection de l’utilisateur, règles lors des interventions phytosanitaires, préservation de l'environnement et de la biodiversité.

En savoir plus


Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez ​http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.

Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette du produit et/ou aux usages homologués mentionnés sur notre ​catalogue produits et/ou www.phytodata.com.

Top