Agricultural Solutions
Tout savoir sur les cultures légumières
Agriculture

Contact

Le mildiou de la tomate

Les attaques de mildiou sont très fréquentes sur un grand nombre de cultures légumières, dont celle de la tomate. Ces attaques peuvent, si la maladie n’est pas contrôlée, engendrer d’importantes pertes à la récolte. Les maladies des légumes, comme le mildiou, sont particulièrement difficiles à maîtriser en raison du caractère explosif de l’épidémiologie. Elles nécessitent donc une protection suivie de la culture, dès que les conditions climatiques leur sont favorables.

  • Classe : Oomycètes
  • Ordre : Péronosporales
  • Famille : Pythiacées

Symptômes

La maladie se développe le plus souvent par foyers. Les 1ers symptômes observés sont des taches foliaires d’abord humides puis brunes de forme irrégulière. Leur expansion peut être très rapide : des portions importantes de limbe puis de feuillage finissent par être affectées et se dessèchent entièrement.

  • Sur la face inférieure des feuilles
    On peut observer en conditions humides un duvet blanchâtre fugace.
  • Sur tiges
    Les symptômes se manifestent également sous forme de taches brunes irrégulières, évoluant en lésions chancreuses qui peuvent les ceinturer entièrement.
  • Sur les bouquets floraux
    La maladie peut provoquer des brunissements puis la chute de nombreuses fleurs.
  • Sur les fruits en formation
    Des marbrures brunes le plus souvent bosselées apparaissent accompagnées parfois d’un duvet blanchâtre. Les fruits attaqués restent fermes. Seuls ceux partiellement attaqués arriveront à maturité mais seule la partie non infectée pourra rougir. La pourriture molle des fruits apparaît lorsque des micro-organismes secondaires profitent de l’infection pour envahir les tissus.

Incidence de la maladie

P. infestans, responsable du mildiou sur d’autres solanacées comme la pomme de terre, l’aubergine, le poivron, affecte surtout les tomates de plein champ mais peut se développer dans les abris, serres au climat mal maîtrisé. Cette maladie est particulièrement redoutée car son expansion sur tout ou partie de plante peut être fulgurante. Ce champignon présente une grande diversité génétique avec des niveaux de virulence différents selon les souches. Les dégâts peuvent être très importants si l’attaque est mal contrôlée. Le nombre de fruits commercialisables est alors très limité.

Conditions favorables à son développement

P. infestans se développe à la faveur de périodes prolongées humides (épisodes pluvieux, brouillards, rosées prolongées…) accompagnées de températures douces entre 10 et 25°C. A l’inverse, son développement est inhibé en périodes sèches ou journées de vents accompagnées de fortes températures (>30°C).

Conservation, sources d'inoculum, dissémonation

Les modalités de conservation d’une saison à l’autre du mildiou de la tomate sont encore mal connues.

Elles dépendent beaucoup de la spécialisation parasitaire des souches. P. infestans se conserve sous des formes variables selon les cultures sensibles (Solanacées cultivées ou sauvages) présentes dans les zones de production : oospores ou mycélium.

La dissémination des sporanges formés par le mycélium ou les oospores est assurée par le vent, les pluies. L’utilisation de graines ou de plants contaminés est également un autre mode de dissémination de la maladie.

Moyens de lutte contre le mildiou de la tomate

Mesures prophylactiques

  • Matériel végétal : contrôler la qualité des plants avant plantation.

  • Choix de la parcelle : rotation recommandée, éviter les parcelles à proximité de plantations d’autres solanacées ou celles mal drainées ou trop pourvues en matière organique.

  • Conduite culturale : mettre en œuvre toutes les mesures permettant d’éviter l’excès d’humidité (aérer au maximum les abris, privilégier le système d’arrosage au goutte à goutte, programmation de l’arrosage par aspersion adaptée…). Raisonner la fertilisation (éviter les excès, privilégier la fumure organique). Favoriser une bonne aération de la végétation (densité de plantation réduite, bonne orientation des buttes). Le paillage contribuerait à réduire le risque mildiou.

  • Entretien de la culture : Eliminer les adventices sensibles à la maladie ainsi que le maximum de débris végétaux en fin de culture. Enfouir profondément les résidus de culture dans le sol.

Lutte génétique

Plusieurs gènes de résistance ont été identifiés et utilisés pour sélectionner des variétés capables de contrôler P. infestans. Des variétés exprimant une résistance partielle au mildiou sont disponibles mais elles ne sont pas adaptées à l’itinéraire cultural de la tomate d’industrie. Afin d’assurer la durabilité de cette résistance, il est généralement conseillé de pratiquer une lutte chimique complémentaire pour pouvoir garder sur le long terme les avantages de cette lutte génétique.

Lutte chimique

Suivre l’évolution de la maladie (Bulletin de Santé du Végétal ou autre dispositif d’informations) et réaliser un suivi régulier des parcelles.

  • Objectif visé : protéger les plants le plus tôt possible afin d’empêcher le mildiou de s’installer. Des traitements préventifs sont indispensables en pépinière et en cours de culture durant les périodes à risque et restent le moyen de lutte le plus efficace.
  • Stratégie de lutte : les programmes de traitements seront définis en fonction du contexte local afin d’adapter au mieux le positionnement des fongicides. Selon le ou les stades de développement du mildiou sur la parcelle, il conviendra de choisir le ou les fongicides présentant les modes d’action et modes de pénétration dans la plante adéquats (préventif et/ou anti-sporulant et/ou rétro­ activité, contact et/ou translaminaire, et/ou diffusant, systémique) en prenant en compte également leur polyvalence pour lutter contre l’alternaria. En période à risque, le délai entre deux traitements ne devra pas dépasser les 7 à 12 jours selon produits utilisés. Veiller à alterner les modes d’action des fongicides pour prévenir les risques de résistances.

Notre solution fongicide contre le mildiou de la tomate

Toutes nos solutions fongicides pour les cultures légumières

Les autres maladies des cultures légumières

Top